Grèce : le peuple abandonné

A perdre la raison – 4 novembre 2011 –
A Paris, Berlin et Bruxelles le satisfaction est de rigueur après quelques jours où « la Terre s’arrêta de tourner » suite au cataclysme sismique venu d’Athènes. A l’unisson, les Sarkozy, Merkel et Barroso et tutti quanti ont poussé un ouf de soulagement quand Papandreou eut renoncé à demander au peuple Grec son avis sur le plan de sauvetage financier (le énième) de la Grèce et par de là, de l’Euro. 
Il faut bien reconnaitre que c’est tout sauf une surprise, la pression mise par les dirigeants politiques d’Europe et d’ailleurs sur la classe politique Grecque a été fatale à la volonté de Papandreou de consulter son peuple.
La paire Sarkozy-Merkel a fait le job au mépris de la souveraineté grecque et de la voix du peuple Grec. Juste un instant imaginez un pays tiers se mêler des affaires politiques françaises, j’en connais qui vociféreraient en parlant ‘ingérence étrangère ».
En matière de référendum, Nicolas Sarkozy est un fin connaisseur, c’est un spécialiste du contournement du vote des Français pour preuve, rappelez vous le référendum de 2005 qui portait sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe. 54,68% des électeurs Français avait voté contre ce traité et donc contre l’avis de l’UMP, de l’UDF, du PS (sauf Montebourg) et des Verts, tous favorables au OUI.
Et bien en 2008 Nicolas Sarkozy avait contourné ce NON du peuple Français en faisant ratifier par le Congrès (sénateurs + députés) le 7 février, la plupart des éléments du traité qui avaient étét repris dans le Traité de Lisbonne. Pour mémoire je rappelle que le vote de Jack Lang avait fait basculer le vote du congrès pour le texte proposé par Sarkozy.  Traitre diront certains !
Alors, pour les Grecs « d’en bas », ceux qui vivent comme vous et moi de leur salaire ou avec leurs indemnités sociales, la situation va donc aller de mal en pis, l’austérité et la rigueur sont et seront leur menu quotidien sans pourtant qu’ils ne voient le bout du tunnel des leurs efforts.
La crise de la dette a une telle ampleur que ce ne sont pas la rigueur et l’austérité partout qui guériront l’Europe. Soit la dette devient européenne et non plus Nationale, soit la BCE fait marcher la planche à billets comme je l’ai déjà indiqué dans un ancien billet et l’Europe aura des chances de s’en sortir.
Dans le cas contraire le pire est à craindre pour les peuples……….. et pour les gouvernants car les indignés sont partout et s’il leur prenait l’idée de se soulever ensemble partout et en même temps ça ferait mal et alors, advienne que pourra.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Europe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.