Forum Le Monde – Le Mans – La critique politique de la vitesse se heurte à l’expérience des révolutions

Forum Le Monde-le Mans   – Rencontres philosophiques 23 ème édition, du 4  au 6 novembre 2011 Forum Intitulé : « Où est passé le temps ? »
Quand l’histoire s’emballe : un autre régime d’accélération par Laurent Jeanpierre Sociologue
Ces constats actuels sur  » l’accélération  » de l’histoire conduisent presque toujours à une déploration : les possibilités du changement politique seraient de plus en plus réduites.
Selon cette optique, les horizons temporels indispensables à tout choix de société auraient été compressés. De même, le temps nécessaire à la délibération ne serait plus disponible.  » La politique, dit le philosophe allemand Hartmut Rosa, a perdu le rôle incontesté… qui consistait à dicter le rythme des événements sociaux. «  C’est elle, au contraire, qui serait désormais soumise aux tempos des sphères économiques ou médiatiques, lesquelles imposeraient une  » dictature de l’urgence « . Vingt ans après les prophéties de Fukuyama sur la  » fin de l’histoire « , cette critique de  » l’accélération  » rejoint donc paradoxalement l’une de leurs conclusions : elle aussi envisage une fin de la politique.
Mais il suffit de quitter l’espace de référence occidental pour contredire ce constat pessimiste. Par exemple, les soulèvements arabes rappellent qu’il existe des moments où la politique n’est pas qu’adaptation passive à des contraintes externes. Et alors que les adversaires de la vitesse font du ralentissement une condition de l’autonomie politique, ces révoltes n’ont pas reposé sur une résistance active ou passive aux processus d’accélération sociale. Sans être la cause des événements, certaines techniques d’accélération, comme les réseaux sociaux, ont favorisé leur cristallisation : elles ont permis de connaître l’évolution de l’opinion quant aux régimes en place ou à l’engagement dans les révolutions. Au lieu d’amplifier la confusion en multipliant les informations contradictoires, elles ont fourni des repères pour s’orienter dans l’effervescence.
Moments électriques
Quand l’histoire s’emballe de la sorte, il n’est donc pas certain qu’il faille privilégier la lenteur, la déconnexion, la décélération pour reprendre la main politique sur le cours de l’histoire, comme le suggèrent les ennemis de l’urgence.
Il y a en réalité deux accélérations. Là où l’accélération sociale désynchronise les activités quotidiennes, fragmente les journées et découpe les vies ordinaires en tranches hétérogènes, l’accélération  » politique  » a des effets inverses. Dans le monde arabe, elle rapproche des fractions diverses des sociétés sur les places des capitales en révolte ; en France, elle rassemble étudiants et ouvriers des raffineries pendant les dernières manifestations contre la réforme des retraites. Toutes les grandes crises politiques synchronisent des mondes sociaux étrangers les uns aux autres. Elles contraignent ainsi les individus à se réinventer.
La clé de ces moments électriques n’est donc pas tant la lenteur nécessaire à la discussion que l’existence d’une circulation entre univers indifférents ou lointains. Pour penser politiquement la vitesse sans désespérer de l’histoire, il faut réfléchir sur la force et la durée des synchronisations produites lors des moments d’embrasements civiques. En résumé, il faut aller au-delà de la seule critique de l’accélération.
Laurent Jeanpierre Sociologue
Article paru dans le Monde édition abonnés 28 nombre 2011© Le Monde
 Rencontres philosophiques 23 ème édition, du 4  au 6 novembre 2011 Le Mans – Débats avec le public
Pour plus amples renseignements Lire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Débats Idées Points de vue, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.