Le gouvernement augmente la TVA sur le ticket de cinéma

écrannoir– 8 novembre 2011 – Vinci 
Après avoir ponctionné les recettes du CNC au nom de l’effort national et sous prétexte que le cinéma rapporte beaucoup d’argent (voir notre actualité du 21 octobre), menaçant d’autant les aides à la production et la numérisation, le gouvernement a décidé d’augmenter le ticket de cinéma. Avec une moyenne de 200 millions d’entrées par an, la fréquentation en salles est un joli pactole à ne pas éviter en ces temps de désendettement. Le cinéma – mais aussi la musique, les concerts, le cirque, les transports, le livre – va donc subit une hausse de sa TVA, qui passera de 5,5% à 7%. Double peine pour le 7e art qui se voit taxer par le Trésor public un peu plus chaque semaine. On paye cher le crédit d’impôts favorisant les tournages étrangers en France, seule mesure profitable votée sous ce gouvernement.
Bien sûr rien n’est perdu. Cette mesure doit maintenant être discutée devant le parlement. Elle peut-être amendée, la culture peut-être exemptée. Une chose est sûre : vu le silence du Ministère de la culture, on comprend que celui-ci pèse peu dans les décisions en haut-lieu et manque de courage politique.
La culture n’est peut-être pas de première nécessité, mais elle était jusque là sanctuarisée dans une « exception culturelle » au même titre que l’éducation. Ne parlons pas de l’affichage : la culture est désormais comme le bâtiment ou la restauration, un bien banal et non plus un service précieux. Chose moins connue, le secteur culturel est aussi un fort levier de croissance en France et l’un des plus gros employeurs du pays (plus que l’automobile par exemple).
En menaçant une culture toujours fragile (les marges ne sont pas énormes, particulièrement pour les exploitants et éditeurs indépendants), l’effort national risque de revenir tel un boomerang avec un double effet : diminution de la diversité culturelle et réduction des recettes globales. Il faudra alors trouver des nouvelles recettes pour aider les acteurs culturels économiquement dégradés.
Car ce plan gouvernemental, réalisé sans concertation ni prévention, a deux inconnues : combien cela va-t-il rapporté réellement? 20 millions d’euros environ selon les premières estimations. C’est à peu près le budget du Service d’Information du gouvernement (+324% depuis 2006!). Et au final combien cela va -t-il coûté en emplois et en aides de l’Etat si tout cela fragilise les exploitants et les éditeurs?
Notons que le gouvernement, dans sa grande cohérence, a maintenu le taux super réduit de 2,2 %, qui s’applique aux services de presse, aux 140 premières représentations d’une pièce de théâtre de création, ou d’une pièce du répertoire classique donnée dans une nouvelle mise en scène.
En augmentant la TVA sur les tickets de cinéma (mais aussi sur les abonnements à des services de télévision comme Canal + et toutes les chaînes de Vidéo à la Demande), on pénalise ceux qui y vont souvent et qui ont l’audace de ne pas regarder TF1. Les jeunes et les seniors, pas forcément les générations les plus aisées, sont les spectateurs les plus touchés, devant déjà subir un ticket de cinéma qui augmente chaque année avec l’inflation, et l’ajout de la « location » de lunettes 3D. Cette hausse de la taxe touche aussi les DVD et Blu-Ray, marché assez sinistré depuis quelques temps. Cela n’arrangera pas la tendance.
Les réactions n’ont pas tardé.
SACD : « La hausse de la TVA sur les biens culturels est une mesure inattendue et néfaste pour la création et la diffusion des oeuvres« . « La SACD regrette profondément cette initiative, prise sans aucune concertation, qui constitue un coup de canif dans la politique de soutien à la diversité culturelle. » Cette mesure est « inefficace et incohérente : Inefficace car la dépense fiscale liée aux biens culturels reste très marginale dans le budget de l’État. Incohérente car elle va à l’encontre du traitement fiscal spécifique pour les œuvres culturelles, principe toujours défendu en France, quelles que soient les majorités en place« .
L’ARP : « Les cinéastes de L’ARP s’étonnent que le gouvernement français ne considère pas que les biens et service culturels constituent des biens de première nécessité, particulièrement en temps de crise, où la culture demeure un refuge de l’esprit. »

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Culture, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.