Règne animal – Collectif Regard’isard annonce la présence de trois oursons avec leur mère près de Saint-Lary, dans l’Ariège

Sud-Ouest 8 novembre 2011

Trois oursons photographiés avec leur mère

Il y a un mois, un collectif de photographes a immortalisé la présence de trois oursons avec leur mère près de Saint-Lary, dans l’Ariège. Une première après Melba.
Comme beaucoup de belles histoires, celle-ci est en grande partie due au hasard. L’un des photographes du collectif Regard’isard ne partait pas chasser l’ours au bout de son téléobjectif, le 9 octobre dernier. C’était, selon ses propres mots, une promenade par une belle journée d’automne « aux couleurs cuivre et or invitant à la contemplation ». Sortie bucolique dans la vallée ariégeoise du Couserans, proche de Saint-Lary, comme le photographe aime en faire souvent.
La suite de l’histoire est racontée par l’auteur : « Attiré par le brame puissant, mais lointain, d’un cerf, je le cherche du regard lorsque quatre animaux apparaissent dans le viseur de l’appareil photo. J’ai d’abord cru que c’étaient des sangliers… Plus je zoomais et plus l’évidence s’imposait : une ourse avec trois oursons. Juste le temps de changer d’objectif… La femelle et l’ourson le plus foncé passent entre deux buissons. Puis les deux autres oursons, au même endroit, avant que la petite famille disparaisse définitivement dans la végétation… »
La scène n’aura duré qu’une minute, suffisamment pour immortaliser sur des clichés trois oursons et leur mère. Quelques images quasi identiques d’une qualité relativement médiocre en raison de la distance séparant le photographe de ses stars à poils courts, mais qui restent des documents assez exceptionnels (visibles sur le site Internet de Regard’isard, www.regardisard.com). La seule photo connue d’un ours des Pyrénées avec ses oursons est celle de Melba, en 1997, ourse morte depuis. « On est évidemment très heureux de voir ces images. Cela nous confirme la présence de ces trois oursons et montre qu’ils sont en bonne santé », explique Alain Reynes, président de l’association Pays de l’Ours-Adet.
Des témoignages avaient déjà fait état de la présence d’oursons nés en janvier-février dans ce coin de l’Ariège. Il subsistait cependant un doute sur leur nombre exact, désormais levé. Difficile, en revanche, d’en savoir plus pour l’instant sur le sexe des oursons ou l’identité des parents. « Il est probable mais pas certain que le père soit le mâle nommé Pyros », précise Alain Reynes. Il s’agit en effet de l’ours le plus fringant du secteur, déjà identifié comme étant le père de la plupart des autres oursons nés en 2009 et 2010.
Une vingtaine aujourd’hui
Seuls des relevés d’indices effectués par le réseau ours brun permettront d’identifier clairement ces différents ours, ainsi que leur paternité. « C’est aussi une bonne nouvelle, car cela montre que les ours naissent, grandissent et se portent bien dans les Pyrénées », ajoute le président de Pays de l’Ours-Adet.
Les naissances se succèdent effectivement dans la chaîne depuis la réintroduction. Caramelle et Bambou avaient ainsi donné naissance à quatre oursons, dont trois femelles, mais l’un d’eux a été retrouvé mort depuis. La nature, qui sait aussi être impitoyable, a eu raison de lui. Il y eut aussi en 2009 deux autres heureux événements, Nheu et Noisette, petits de Hvala.
Autrement dit, le programme de réintroduction des ours semble porter ses fruits. Ils seraient une vingtaine désormais à déambuler dans la chaîne des Pyrénées. « C’est une estimation, mais elle doit être très proche de la vérité », souligne Alain Reynes. Il reste maintenant à espérer pour les protecteurs de l’ours que ces oursons photographiés soient des mâles. Ils sont beaucoup moins nombreux que les femelles aujourd’hui.

Et Pyros ne pourra éternellement assurer la reproduction de l’espèce.

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.