Merci, les banquiers ! Au G20, à Cannes, ils se sont occupés de votre avenir…

Charlie Hebdo du 9 novembre 2011 par Oncle Bernard
C’est quoi « les marchés » ? Des banques, des fonds d’investissement, des assureurs : des gens qui placent de l’épargne. Des placiers. Autrefois, on pouvait placer directement son épargne : acheter du grand emprunt EDF ou SNCF. C’est fini. Giscard, puis Barre, puis les autres ont obligé les épargnants à passer par des intermédiaires, lesquels, évidemment, ont fait leur beurre au passage. Giscard a interdit  la Banque de France d’acheter les dettes du Trésor (de faire marcher la planche à billets, qui soulagerait bien le budget de l’Etat). Puis la Banque de France est devenue indépendante (Pasqua), puis soumise à la BCE (Jospin). La monnaie, bien public, a été définitivement privatisée.
Et puis les banquiers ont fait leur travail, qui consiste à pousser les gens à s’endetter pour leur prélever des intérêts. Après avoir réussi à faire s’endetter les ménages, ils ont réussi à faire s’endetter les Etats, et on en est là.
Un pays qui croît à 1% ne peut pas rembourser 4%, ou 5%, ou plus par an. C’est mathématique. Si votre revenu croît de 1% par an, vous ne pouvez jamais, jamais rembourser. Jamais. C’est pourquoi la Grèce ne pourra pas rembourser, mais la France non plus, ne rêvez pas. Ou alors, elle s’y ruinera. Elle y laissera la peau.
Comment on s’en sort ?
  1. Inflation, pour ruiner le taux d’intérêt réel (faire qu’on rembourse du moins 2 ou moins 3%) Impossible, car la pression de la mondialisation et des pays émergents sur les salaires empêche l’inflation.
  2. Variante, sortie de l’euro, autrement dit, énorme dévaluation de la monnaie. Alors, le système bancaire sera détruit : les dettes qu’ont les banques, toujours libellées en euros, elles, seront doublées ou triplées. Enorme crise de crédits, donc d’emplois. Mais les exportations seraient dopées, le tourisme… Insuffisant pour contrer l’effondrement du crédit.
  3. Contrôler les banques. Oui, sauf que ce sont les banques qui font la loi. Tous les « plans » présentés depuis deux ans sont destinés à maintenir en survie les débiteurs pour qu’ils continuent à raquer pour els banques. Ne rêvons pas.
  4. Faire de la BCE une banque à l’américaine, qui rachète des dettes communes à la zone euro ? Oui, mais ses statuts l’interdisent, et les Etats ne veulent pas. Out.
  5. Rigueur et interdiction des déficits ? On a vu le résultat avec la Grèce. Idiot.
  6. Faire payer les riches ? Oui, mais ce sont les riches qui font les lois et les budgets, donc zéro.
  7. Interdire la spéculation ? Impossible à interdire, sauf à créer un énorme marché noir (qui existe déjà pour les CDS, d’ailleurs), et en plus les banques en vivent.
  8. 8 Relancer l’activité ? Oui, mais il faudrait un Etat fédéral, et la guerre économique entre les nations (l’Allemagne contre les autres) l’interdit.
  9. Faire défaut sur les dettes, ne pas rembourser ? C’est la seule solution. Soit les créanciers acceptent le défaut sur une partie de leur créance en espérant en récupérer l’autre partie, soit ils perdent tout. C’est ce qui va se passer. En voulant récupérer trop de leur créance, les créanciers de la Grèce vont mettre celle-ci en faillite. Elle ne remboursera que 20% de sa dette (comme en Argentine), le pouvoir d’achat diminuera de 60% (comme en Argentine). Et la crise se développera ailleurs, pourquoi pas en France.
La seule solution serait une négociation concertée de toutes les dettes (toutes, y compris celles de l’Allemagne et, bien entendu, de la France) pour les réduire en grande partie. Au moins la moitié. Après ce grand coup de pied au cul des banques (et des marchés), on pourrait peut-être repartir. En 1945, la France était endettée de 300% du PIB. Elle a remboursé en quatre ou cinq ans avec un taux de croissance fabuleux. Pas de croissance, pas de remboursement…
Pendant ce temps, le G20 et ses bureaucrates fumeux vont gamberger sur la « gouvernance », le sexe des anges, les paradis fiscaux et les décimales après la virgule de la taxe Tobin. Trop nuls, trop incapables, trop tard.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Europe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.