A Bordeaux le 15 novembre : Campagne électorale du président de la république ?

Sud-Ouest 11 novembre 2011 Par Jefferson Desport, SudOuest.fr

A Bordeaux, Nicolas Sarkozy doit évoquer la fraude sociale : une provocation pour le PS

Le chef de l’Etat est attendu le 15 novembre à Bordeaux. Pas sûr qu’il croise Alain Rousset, le président PS de la Région Aquitaine…
Annoncée pour le mardi 15 novembre, soit la semaine prochaine, la venue de Nicolas Sarkozy à Bordeaux fait d’ores et déjà grincer des dents dans les rangs de la gauche.
Sachant que ce n’est pas cette visite en elle-même qui suscite des commentaires pour le moins acerbes mais bien le thème du discours que doit prononcer le chef de l’Etat au Hangar 14.
En effet, comme l’ont indiqué plusieurs élus girondins, sur la foi des cartons d’invitations qu’ils ont reçus, Nicolas Sarkozy a prévu d’ évoquer… « les fraudes sociales ».
« Une provocation » pour Pierre Ducout, le maire de Cestas.
« Provocation » aussi pour Alain Rousset, le président PS de la région Aquitaine. « Oui, c’est de la provocation par rapport aux paradis fiscaux, où il a beaucoup parlé et peu agi, aux parachutes dorés, aux salaires dorés donnés à certains patrons » déclarait-il jeudi soir, lors de la présentation de sa candidature aux prochaines législatives sur la 7 ème circonscription de Gironde dont il est déjà le député.
« Vous imaginez ce que les contribuables ont dû payer pour sauver les banques, poursuit-il. Regardez Dexia et on est responsable de rien… Par contre, on va venir voir une personne qui est dans une situation difficile, qui n’est pas tout à fait en règle sur ses allocations familiales ou sur ses indemnités de chômage. Regardez aussi les exonérations de charges sur les heures supplémentaires : elles ne se sont pas traduites par une augmentation de la production. C’est la légalisation du travail au noir. »
Si pour l’heure Alain Rousset ne parle pas de boycotter le discours du chef de l’Etat, rien ne dit pour autant qu’il croisera sa route: « Je ne sais pas si mon emploi du temps me permettra de le rencontrer », glisse-t-il.
Une certitude, le président de la région Aquitaine n’a pas oublié ses dernières visites en compagnie de Nicolas Sarkozy.
« Chaque fois que je l’ai accompagné dans une manifestation, raconte-t-il, à aucun moment il n’a reconnu l’activité des collectivités locales. Alors que tous les autres présidents de la République de droite et de gauche l’ont fait. Par exemple, lors d’une visite à l’université, il est rentré dans deux laboratoires que la Région avait financés, il n’a pas dit un mot. Lorsqu’il est venu au Laser Mégajoule, sur tout le secteur optique-laser que la Région a financé, il n’a pas dit un mot. »
Alain Rousset le dit sans détour : « Nicolas Sarkozy a considérablement dévalorisé le rôle du président de la République avec sa provocation totale par des grossièretés et des insultes. Je m’interroge de savoir s’il est capable de repartir dans les banlieues pour de nouveau insulter les jeunes et remettre le feu aux banlieues. Aujourd’hui la crise et le G20 étant là pour essayer de le faire remonter dans les sondages, si demain ça ne suffit pas, comme tout le laisse à penser, que va-t-il faire? »
 
L' »effraction » de Baroin, un moyen pour remonter le moral des troupes ?
Alain Rousset était à l’Assemblée mardi quand François Baroin a fait sa sortie sur l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1997 par « effraction ». Une attaque qui, pour le président de la Région Aquitaine, n’est pas un « acte manqué ». Selon lui, les ministres ont reçu pour consignes de « remonter le moral des troupes » en étant offensifs. « Mais, ajoute-t-il, l’Assemblée n’est pas seulement un lieu de joutes politiques. C’est un lieu de respect. Et on n’a pas le droit de remettre en cause les résultats électoraux parce que derrière ça fait référence à de vieux mécanismes de l’extrême droite mettant en cause le suffrage populaire. » Pour Alain Rousset, la sortie du Ministre de l’économie est : « un acte inadmissible pour lequel il faut des excuses publiques. »
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.