Crise politique : la Belgique dans l’impasse

Le  Monde du 22/11/2011
Le PM belge pressenti, le socialiste Elio Di Rupo, a présenté lundi sa démission au roi Albert II en raison du « blocage » des négociations sur les questions budgétaires en vue de former un nouveau gouvernement, a annoncé le palais royal dans un communiqué.
Le roi « tient sa décision en suspens » après avoir reçu M. Di Rupo. Albert II « demande » aux six partis participant aux négociations de « prendre dans les heures à venir un temps de réflexion » pour « mesurer les conséquences d’un échec » et « chercher activement une solution » alors que la crise politique dure depuis 526 jours.
La Belgique est sans gouvernement depuis les élections législatives de juin 2010, qui ont vu les séparatistes flamands de la N-VA arriver en tête. M. Di Rupo a demandé à Albert II de le relever de ses fonctions de « formateur » après une ultime réunion avec les six partis de gauche, du centre et de droite (trois flamands et trois wallons) chargés de former le nouveau gouvernement.
La Belgique reste administrée par un cabinet chargé d’expédier les affaires courantes dirigé par le démocrate-chrétien flamand M. Leterme.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.