Nucléaire : Intrusion de Greenpeace dans les centrales : les détails heure par heure

20 minutes lundi 07/12/2011
 Si vous avez manqué le début
Des militants de Greenpeace se sont introduits ce lundi matin dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, et des tentatives d’intrusion ont également été signalées dans les sites nucléaires de Blaye (Gironde), Chinon (Indre-et-Loire) et Cadarache (Bouches-du-Rhône).
 13h05 : «La démonstration que, comme l’ont tenté des militants pacifistes, quelqu’un de mal intentionné peut entrer sans difficulté», pour Stéphane Lhomme.
Le président de l’association Tchernoblaye qui milite pour la fermeture de la centrale de Blaye (Gironde), a estimé «légitime» la «démonstration citoyenne et pacifique» des militants de Greenpeace. Selon lui, «Greenpeace apporte régulièrement par ces opérations la preuve que les centrales nucléaires, comme les trains de déchets, sont impossibles à protéger», a-t-il ajouté.
«C’est la démonstration que, comme l’ont tenté des militants pacifistes, quelqu’un de mal intentionné peut entrer sans difficulté», a-t-il ajouté estimant que «ne plus avoir de centrale nucléaire enlève à des groupes terroristes la possibilité d’attaquer la France».
13h : L’intrusion des militants de Greenpeace, «preuve qu’il n’y a pas de sécurité totale dans les centrales nucléaires»,  pour Noël Mamère
Le député-maire Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de Bègles (Gironde) a indiqué à l’AFP que «les fameux stress-tests effectués sur les centrales ne sont que des écrans de fumée puisqu’ils ont exclu tout ce qui relève des intrusions extérieures, du terrorisme et du crash d’un avion».
«A Nogent-sur-Seine les militants ont réussi à monter sur le dôme, c’est-à-dire le coeur de la centrale, au nez et à la barbe de ceux qui prétendent assurer notre sécurité. C’est la preuve que les écologistes ont raison de dénoncer les mensonges de l’Etat et du lobby nucléaire», a-t-il ajouté. Selon lui, «dans ce secteur hypersensible, la transparence devrait être la règle et dans une grande démocratie comme la France il n’y a pas de place pour l’incontrôlable. Il faut sortir du nucléaire et se débarrasser de cette menace».
12h50 : Duflot remercie Greenpeace pour l’«audit gratuit» des centrales
Cécile Duflot, numéro un d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), a remercié les militants de Greenpeace d’avoir mené un «audit gratuit» sur la sûreté nucléaire, en s’introduisant dans la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube). Ces militants «ont ainsi démontré les défaillances de nos centrales, ouvertes comme des moulins à vent», écrit la secrétaire nationale dans un communiqué.
«Greenpeace a taillé une nouvelle brèche dans le mythe de la sûreté nucléaire française», ajoute-t-elle. «Le risque humain et le risque terroriste doivent être enfin pris au sérieux par les autorités nucléaires et le gouvernement. Le nucléaire sûr n’existe pas plus à Nogent qu’à Tchernobyl ou à Fukushima», conclut la secrétaire nationale.
12h54 : Greenpeace affirme avoir des militants «présents» sur un autre site nucléaire que celui de Nogent-sur-Seine
Greenpeace a affirmé à l’AFP que des militants «étaient présents» ce lundi en fin de matinée sur un autre site nucléaire que la centrale de Nogent-sur-Seine. «Nous avons actuellement des gens qui sont sur un site nucléaire et qui n’ont pas été repérés», a affirmé Adelaïde Colin, la directrice de communication de Greenpeace. «EDF parle d’absence de traces d’intrusions, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas entrés», a-t-elle ajouté en refusant de révéler le nom du site en question.
12h44 : Il n’y a eu «aucun dysfonctionnement» à Nogent, selon le directeur du site
Le directeur du site de Nogent-sur-Seine (Aube) a estimé qu’il n’y avait eu «aucun dysfonctionnement» dans la réaction de la centrale nucléaire à l’intrusion des militants de Greenpeace. «Ils ont été repérés par les alarmes dès qu’ils ont cisaillé le premier grillage… Tout s’est passé conformément aux procédures tel que cela devait se passer», a assuré à la presse Hervé Maillart.
12h30 : L’intrusion de militants de Greenpeace est «une défaillance»
Le député UMP Claude Birraux, auteur de nombreux rapports sur le nucléaire, a expliqué au Figaro que l’intrusion de militants de Greenpeace dans la centrale de Nogent-sur-Seine était «une défaillance manifeste dans le système de contrôle» d’EDF. Claude Birraux s’interroge notamment sur le fait que les militants «n’aient pas été interceptés tout de suite».
12h12 : Eric Besson et Cécile Duflot s’affrontent sur Twitter
La secrétaire nationale d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) et le Ministre de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique s’affrontent sur le réseau social à propos de l’opération de Greenpeace. C’est Cécile Duflot qui a initié ce mini «Twitclash», en critiquant la réaction d’Eric Besson sur France Info parlant de «dysfonctionnement». En réponse, le ministre propose un débat sur l’accord passé avec le PS sur le nucléaire. Ce à quoi Cécile Duflot répond «Quand vous aurez fait un audit sur la sécurité nucleaire».
11h59 : La centrale de Nogent-sur-Seine est la seule où il y a des traces d’intrusion, affirme EDF
Selon EDF, et contrairement à ce qu’affirme Greenpeace, la centrale de Nogent-sur-Seine serait la seule à avoir été investie par les militants de l’association. Le groupe annonce en effet n’avoir trouvé des traces d’intrusion que dans la centrale auboise.
11h45 : Tous les militants de Greenpeace interpellés à Nogent-sur-Seine, affirme l’Intérieur
Les deux derniers des neuf militants de l’organisation écologiste Greenpeace qui s’étaient introduits sur le site de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine ont été interpellés, a-t-on appris ce lundi du ministère de l’Intérieur.
11h30 : Le ministère de l’Intérieur demande une «fouille approfondie des centrales»
Alors que Greenpeace affirme avoir réussi à infiltrer des militants dans d’autres centrales que celle de Nogent-Sur-Seine, un porte-parole du ministère de l’Intérieur a annoncé qu’une fouille générale et «approfondie» des SNPE (sites nucléaires de production d’électricité) avait commencé. Ce porte-parole a assuré qu’à «aucun moment, l’intégrité des installations nucléaires n’a été mise en péril» par l’intervention des militants de Greenpeace.
10h15 : Les militants de Greenpeace ont été «immédiatement détectés», selon EDF
Dans un communiqué, le groupe affirme que ces personnes «ont été immédiatement détectées par le dispositif de sécurité et leur cheminement a été suivi en permanence sur le site, sans qu’il soit décidé de faire usage de la force». EDF ajoute que sept des neuf personnes «ont été appréhendées dans le calme par la gendarmerie», et que cette intrusion n’a eu aucune conséquence sur la sécurité des installations.
9h : Besson évoque un «dysfonctionnement»
Interrogé sur France Info, le ministre de l’Industrie Eric Besson a estimé que si l’enquête confirmait l’intrusion de militants de Greenpeace à l’aube dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, cela signifierait qu’il y a eu «dysfonctionnement» et «qu’il faudra prendre des dispositions pour que ça ne se reproduise pas».

deux Vidéos

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.