Austérité, chômage, pauvreté : arrêtez la casse !

Alternatives Economiques n° 308 – décembre 2011 – Guillaume Duval –
Article issu du dossier Arrêtez la casse ! 
 
A force de suivre la crise européenne au jour le jour, on risque de perdre la vue d’ensemble. C’est pourquoi, nous avons voulu faire le point sur l’état de l’Europe trois ans après la chute de Lehman Brothers. Et cela d’abord au niveau de ce qui touche le plus directement les Européens : l’emploi, le chômage et les revenus. Bilan : un constat de faillite. Trois ans après le début de la crise, avant même que le ralentissement actuel ne fasse sentir ses effets, l’emploi n’avait pas vraiment commencé à se redresser en Europe, le chômage se maintient à des niveaux très élevés et les revenus n’avaient toujours pas retrouvé leur niveau d’avant-crise ; ils reculent même de façon très importante dans plusieurs pays. Bref, les Européens souffrent.
Et ce bilan très sombre ne se limite pas à la zone euro : les pays baltes, la Hongrie, la Roumanie, mais aussi le Danemark et le Royaume-Uni sont en situation très difficile. Non seulement les dirigeants européens n’ont pas réussi à redresser la barre, mais ils nous ont conduits au bord d’une nouvelle récession, avec à la clef un risque de plus en plus sérieux d’éclatement de la zone euro. Et à sa suite un possible effondrement du projet européen.
La critique est facile, mais l’art est difficile : n’était-il pas inévitable que les choses tournent mal en Europe au vu des problèmes accumulés ? Non, pas vraiment. Le point de départ de cette crise se concentrait dans les déséquilibres américains. L’Europe sur ce plan paraissait a priori plus solide avec des comptes extérieurs équilibrés, une épargne abondante, et même aujourd’hui encore des comptes publics en bien meilleur état que ceux des Etats-Unis. Si la situation menace de tourner au vinaigre, c’est avant tout parce que nous n’avons pas su trouver entre nous les compromis qui permettraient de remettre l’économie européenne sur pied.
La religion de l’austérité permanente et le registre de la punition morale des cigales impénitentes jouent un rôle central dans cet échec. Comme le dit l’économiste américain Paul Krugman à propos des  » poètes «  qui nous gouvernent :  » Les choses qu’ils demandent au nom de leur vision romantique sont souvent cruelles, impliquant d’énormes sacrifices pour les salariés ordinaires et leurs familles…. Leurs visions sont mues par des rêves sur la façon dont les choses devraient être, plutôt que par une analyse rationnelle de ce qu’elles sont. « 
Cette gestion catastrophique de la crise a beaucoup reposé, depuis trois ans, sur le couple formé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Et comme le dit le Suédois Anders Aslund du Peterson Institute for International Economics,  » comme ils ont assuré les principaux pouvoirs, ils sont les premiers responsables pour les multiples échecs des tentatives de résolution de la crise de l’euro. C’est pourquoi il est douteux que l’Europe puisse s’en sortir avant que la France et l’Allemagne aient changé de leaders « . Pourtant, il est urgent d’arrêter la casse.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Europe, Social, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.