@rrêt sur images – Faire défaut : non, ce ne serait pas forcément une catastrophe !

asi@arretsurimages.eu 10/12/2011
Gazette n° 207
Alors qu’un nième « accord de la dernière chance » vient d’être conclu à Bruxelles, posons une question sacrilège: un éventuel défaut français serait-il vraiment la catastrophe redoutée ? A-t-on raison de trembler ?
Il y a quelques semaines, un des invités de notre émission, Olivier Berruyer (1), semblait penser que non. Troublés, nous avons voulu en savoir plus. Confirmation: parmi les mauvaises solutions qui s’offrent à nous dans la crise de la dette, le défaut est peut-être celle qui lèsera le moins les plus jeunes, et les moins riches. Pourquoi ? Lisez l’enquête de notre éconaute, Anne-Sophie Jacques(2).
Vous vous souvenez du plan Paulson, lors de la chute de Lehmann brothers, en 2008 ? 700 milliards d’aide accordée aux banques. Eh bien, pendant qu’on amusait la galerie avec ce plan, la Fed, la Réserve fédérale américaine, accordait dans le plus grand secret une aide dix fois supérieure aux mêmes banques. Cette révélation de Bloomberg est passée étrangement inaperçue en France. L’enquête de Dan Israel vous raconte toute l’histoire. Elle est ici. (3)
Sarkozy part à la chasse aux voix des internautes. Inauguration du siège parisien de Google, et d’un portail « Open data »: le gouvernement français a multiplié les offensives de charme. Mais quelle politique, quelle vision de l’Internet, se cachent réellement derrière ces efforts de communication ?
C’est le sujet de notre émission de la semaine. Pour vous mettre à jour sur Hadopi, les twwet-clashes, et l’open data, vous devez la regarder. En prime, vous y apprendrez que Nicolas Sarkozy… n’a pas d’ordinateur dans son bureau. Notre émission est ici(4).

Daniel Schneidermann

PS: Enfin, à propos de consommation, je me permets de vous suggérer un investissement intelligent : vous n’avez plus que quelques heures, pour souscrire à l’offre spéciale d’achat de notre dernier livre, L’interview impossible. Toutes les questions jamais posées à Sarkozy par les journalistes français, et les réponses les plus inavouables. Nous soutenir, en faisant plaisir à des proches: c’est possible. Pour en lire un extrait, c’est ici (5). Pour le commander, c’est là. (6)
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Europe, Internet, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.