En Suisse, des milliardaires et leurs piscines écologiques

Genève a beau offrir à ses milliardaires avantages fiscaux et bancaires, leur permettre de construire d’extravagantes demeures percées de souterrains pour y entreposer oeuvres d’art et limousines, elle ne cédera pas sur un point : l’interdiction de chauffer les piscines extérieures. Ou du moins l’obligation de le faire en recourant à l’énergie solaire.
A Cologny, la banlieue huppée, sept hôtels particuliers grand luxe sortiront de terre en 2012. Mais les propriétaires de ces  » bijoux de 600 m2 « , vendus 16 millions d’euros pièce, devront dans un premier temps s’habituer aux joies d’une piscine non chauffée.  » Des ingénieurs ont été mandatés pour étudier une solution solaire « , ajoute Eric Ravaux, du bureau K Architectes, chargé du projet.  » Mais il faut encore convaincre le service de l’énergie « , précise-t-il.
Ces derniers mois, le service cantonal de l’énergie a empoigné avec une vigueur sans pareille le  » dossier piscines « , bien décidé à faire appliquer à la lettre la législation existante.
La loi genevoise sur l’énergie interdit depuis 2001 de chauffer les piscines extérieures avec des énergies fossiles. En 2003, même l’utilisation des pompes à chaleur, grandes consommatrices d’électricité, a été bannie, alors qu’elle est admise dans les cantons voisins. Mais dans la pratique, nombre de piscines  » illégales «  ont essaimé çà et là, chauffées entre autres par des systèmes de sondes géothermiques.
Cette époque est révolue. Jacobus Van Der Maas, du service de l’énergie, explique que ne sont désormais admissibles que les projets de piscines  » au solaire ou avec des rejets thermiques « . Et si des panneaux solaires sont installés, ils doivent  » produire en priorité de l’eau chaude sanitaire, même en hiver, quand la piscine n’est pas utilisée « , ajoute-t-il. Pour un bassin de 60 m2, 15 à 20 m2 de panneaux sont recommandés.
Repérés à l’occasion d’une demande de rénovation de leur villa ou sur dénonciation d’un voisin, les  » fraudeurs  » sont priés de se mettre aux normes.  » Nous avons envisagé d’écrire à tous les propriétaires de piscine « , précise le fonctionnaire genevois. Comment réagissent les principaux intéressés ?  » Ils sont un peu surpris et nous devons parfois argumenter « , reconnaît l’architecte Eric Ravaux. D’autant qu’une bonne partie des gros propriétaires de Cologny sont originaires d’Asie centrale, avec des liens parfois familiaux avec les présidents en place, au Kazakhstan ou Ouzbékistan. Ils ont ainsi peu l’habitude de normes environnementales contraignantes.
De plus, certains projets sont recalés, sur la base bilans thermiques et des études de plus en plus complexes du service de l’énergie. Les propriétaires optent dès lors de plus en plus pour des piscines intérieures chauffées, dans le cadre de normes écologiques, elles aussi très strictes.
Pierre Girod – PDG de Girod Piscines – regrette de ne plus pouvoir  » garantir la température de l’eau « . En complément des panneaux solaires, il propose à ses clients des  » rideaux solaires  » qui empêchent 80 % de l’évaporation. Un système qui, certains jours ensoleillés, transforme l’eau de la piscine en  » soupe  » à 30 0C.
Agathe Duparc (Genève, correspondance)
04/12/2011© Le Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.