Pantouflage : A quelques mois des présidentielles, la chasse aux bonnes planques a déjà commencé..

Charlie Hebdo – 21 décembre 2011 – Laurent Léger
Le conflit d’intérêts de la semaine : Des finances aux services informatiques
A quelques mois de l’élection présidentielle qui verra l’arrivée d’un nouveau gouvernement aux manettes, ça se recase à tout-va dans les cabinets ministériels. La chasse aux postes a bel et bien commencé. L’un des plus proches collaborateurs de François Baroin, ministre de l’Economie et des Finances, doit en effet être nommé directeur général de Sogeti France, filiale du groupe Cap Gemini.
Inspecteur de finances au profil ultra-classique (diplômé d’HEC, ancien élève de l’ENA…), Christophe Bonnard, entré à Bercy en 2007 du temps de Christine Lagarde, puis resté dans l’équipe de Baroin en temps que directeur adjoint du cabinet « en charge des affaires internationales et européennes, du financement de l’économie, de la politique macroéconomique » (ouf !), rejoindra donc le géant français du service informatique. Le pantouflage en question doit recevoir l’aval de la commission de déontologie ad hoc du ministère des Finances, mais quel qu’en soit le résultat, ce recrutement est malsain car il sent à plein nez le mélange des genres.
 
C’est Bonnard …
Pourquoi ? Parce que les cabinets des divers ministres en poste à Bercy, qu’ils soient au Budget ou aux Finances sont les premiers concernés par les marchés publics que le ministère passe avec les sociétés privées. Et il se trouve que Cap Gemini est, depuis 2011, « l’un des champions des appels d’offres du ministère de l’Economie  et des Finances et des autres secrétariats d’Etat et services logés à Bercy », selon le site Owni.
Se décrivant comme « le leader mondial du conseil, des services informatiques et de l’infogérence », le groupe français a notamment remporté l’un des plus gros contrats publics de ces dernières années : en collaboration avec une autre boîte, il a raflé la maintenance du projet Chorus, un énorme programme de refonte informatique de l’administration, qui s’étale de 2006 à 2015 et dont le coût global atteint 1,1 milliard d’euros. Et c’est le ministère du Budget qui lui a attribué. Chorus est le futur système d’information financière de l’Etat. Avec à la clef un beau chiffre d’affaires pour Cap Gemini : 120 millions d’euros pendant six ans.
Le groupe a expliqué que le recrutement du collaborateur de Baroin était « encours et soumis à l’avis de la commission de déontologie ». Commission ou pas, rien que l’idée de passer d’un cabinet ministériel à une entreprise privée, dans ce contexte de gros contrats et de fric, n’est pas à la hauteur d’une fonction publique digne.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Economie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.