Ce qui change au 1er Janvier 2012, mais pénalise toujours les mêmes…

Une autre vie – 28 décembre 2011 – stef
Pour résumer la tendances des changements qui interviennent en ce début d’année, nous sommes confrontés à une vague de hausses qui se généralisent, gaz, mutuelle, tarifs en tous genre, avec des avantages à la baisse.
L’année 2012, commence de manière résolument austère.

Sur le plan salarial, de l’imposition, des taxes, les mesures ressemblent à une suite de bricolages fiscaux, de réajustements trop timides pour être qualifiés de courageux. Les aides sociales sont si peu revalorisées, que ne rien faire aurait été la même chose.

-Un nouveau barème d’imposition voit le jour, seule la dernière tranche est majorée de 1%.
Une nouvelle contribution « exceptionnelle » de 3%, est créée pour un revenu fiscal dépassant les 500 000€.
-Augmentation de la TVA de 5.5% à 7% dans de nombreux secteurs.
-Alors que l’inflation glissée sur l’année 2011 fût de plus de 2%, l’état ne joue toujours aucun rôle dans les augmentations de salaire du secteur privé, seul le smic est augmenté de 0.3% au 1er janvier, portant le taux horaire à 9.22€ bruts.
-le RSA passe de 466.99€ à 474€ par mois
-l’aide au logement augmente de 1%
-Par contre pour tous les salariés du pays, la CSG et la CRDS se calcule maintenant sur 98.25% de votre salaire contre 97% auparavant.

Les modifications concernant les prestations familiales et vieillesse n’interviennent qu’en Avril.

Sur le plan de la santé, les changements sont importants, la tendance est à la baisse des prestations, et à la hausse des cotisations. Pire on constate que le relèvement de certains plafonds de ressources auront pour conséquence une augmentation du nombre de français ne pouvant accéder aux soins, faute de couverture.

-la taxe sur les contrats santé double, les complémentaires devraient augmenter en moyenne de 4.7%, les mutuelles ont déjà prévenu que la hausse sur les contrats de complémentaire santé se situerait entre 3.5% et 7%.
-Relèvement du plafond de ressources pour l’aide à la complémentaire santé (ACS) de 35% ! Celui de la CMU (couverture maladie universelle) est également visé.
-les indemnités journalières pour arrêt maladie baissent pour les salaires supérieurs à 2450€ brut soit 1.8 fois le smic. Une baisse de 5 à 10%.
-un jour de carence est instauré pour les fonctionnaires en arrêt maladie.

Dans les énergies, et les transports, les crédits d’impôts et autres avantages sociaux baissent quand les tarifs augmentent. Se sont  encore les plus aisés qui limitent la casse, les plus précaires seront les plus sévèrement ponctionnés. Les politiques du grenelle de l’environnement en font les frais.

-Si le tarif social du gaz est (affiché) revalorisé permettant d’économiser seulement 10€ / an, la hausse du gaz pour le particulier reste énorme, soit +4.4% !
-La plupart des niches fiscales injustes et inefficaces subsistent, par contre ce qui fait vivre beaucoup de TPE et PME sur l’amélioration de l’habitat par les économies d’énergies est raboté. -15% de crédit d’impôt en moyenne. Celui sur le photovoltaïque baisse de 22% à 13%.
-L’application du bonus-malus automobile devient plus sévère. Le premier palier de bonus n’est plus que de 100€ pour l’achat d’une voiture émettant moins de 105g de CO2 au Km, contre 110 g en 2011. Le bonus obtenu en cas d’achat de véhicule propre et de mise au rebut d’un véhicule de plus de 15 ans baisse de 300 à 200 euros.
-Les transports en commun en île de France augmente de +1.5%
-Le tarif des TGV augmente de +3.2%

Plus de détails sur ces chiffres ici et .

Pas de changement au nom du changement, ce sont toujours les mêmes qui payent ! On peut constater que ce sont des solutions de réajustement plutôt que des politiques nouvelles qui seront mises en oeuvre à compter du 1er Janvier 2012.

Le vote du budget 2012 montre l’inefficacité de ces politiques, les hausses d’impôt touchent surtout les plus modestes, les rendant inefficaces.

En faisant peser sur le plus grand nombre les mesures d’économies, qui individuellement sont pénalisantes, mais qui restent économiquement peu efficaces pour renflouer les caisses de l’état (78 milliards de déficit votés pour 2012), on constate tout le chemin qui reste à parcourir …

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Economie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.