Liglet (Vienne) – Règne végétal : Un jardin primé au Concours national jardins potagers

 La Nouvelle République 08/01/2012

Un jardin remarquable primé à Liglet

Bernard Broust, jardinier à Liglet, a été récompensé pour son jardin potager dans le cadre d’un concours national d’horticulture.
 Bernard Broust avec sa récolte du jour. Cet ancien de la culture maraîchère a voulu participer au concours après avoir visité dans l’Indre un jardin lauréat de l’édition précédente. –
Ça fait plaisir, même si ça reste un titre honorifique ». Bernard Broust, jardinier amateur à Liglet, fait partie des vingt lauréats récompensés pour l’édition 2011-2012, « catégorie jardins potagers situés dans un environnement potager », du concours national des jardins potagers, organisé par la Société nationale d’horticulture de France (lire encadré). Parmi ces vingt candidats sélectionnés, il est le seul représentant de la Vienne.
Voilà deux ans que Bernard Broust cultive quelques 400 m2 de parcelles, situé dans l’immense jardin (2000 m2) du domaine du Verger Les Tilleuls. Un jardin à la française, recréé entièrement d’après des documents d’archives il y a quelques années. Quatre parcelles de légumes et de fruits, chacune entourée de fleurs vivaces et d’arbres fruitiers, où trône en son milieu une fontaine ornée d’un chérubin. Le tout est contenu dans un écrin de verdure, décoré de rosiers grimpants et de pergola, et fermé d’une rangée de hêtres taillée au cordeau.
Ici, Bernard Broust cultive chaque saison les végétaux du moment : une soixantaine de variétés rien que pour cet automne/hiver : « des salades, des betteraves, du panais, des navets, du choux… et différents types de courges » énumère le jardinier. « Evidemment, tout était beaucoup plus fleuri et plus beau lorsque le jury est venu aux beaux jours », s’excuse presque Bernard Broust. Le détail a son importance car, dans l’agencement de son potager, le jardinier alterne rangées de légumes et rangées de fleurs. Un souci autant esthétique qu’écologique, puisque certaines plantes ont des vertus anti parasites.
Et l’écologie, Bernard Broust y tient. « Je n’utilise que des engrais naturels, du fumier, du purin d’ortie, de la bouillie bordelaise… Et j’utilise le piégeage plutôt que des pesticides. […] En quelque sorte, c’est un jardin bio ! » Il n’a pas besoin du label pour autant, puisque sa production est destinée à sa famille et au copropriétaire du jardin. Le labeur n’est pas moins prenant : « En ce moment, j’y passe près de cinq heures par jour. L’été, il faut compter six ou sept heures », explique ce retraité du monde maraîcher. « Dans un jardin, quel que soit la saison, il y a toujours quelque chose à faire ».
bon à savoir
Le concours des jardins potagers
Le concours national des jardins potagers est organisé par la Société nationale d’horticulture de France (SNHF), l’association Jardinot Le Jardin du Cheminot et le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS). Il récompense des jardins potagers remarquables d’un point de vue esthétique et présentant une grande diversité de légumes et fruits cultivés. Il est ouvert à tous les jardiniers résidant en France métropolitaine.
Le jury, composé de représentants de la SNHF, du Jardin du Cheminot et du GNIS, a retenu vingt finalistes dont les jardins ont été visités en juillet, août et septembre 2011 pour établir, conformément au règlement du concours, la liste des lauréats. Les critères du jury portent sur la diversité des légumes cultivés, des bonnes pratiques de jardinage et de l’esthétique du jardin. Les techniques misent en œuvres pour protéger la biodiversité sont également appréciées.
Ce concours distingue des jardiniers selon quatre catégorie : jardin potager privatif, potager dans un ensemble collectif de jardins (centre de jardins, jardins familiaux…), jardin potager privatif situé dans un environnement paysager (château, grand parc…), jardin ou parcelle pédagogique, réalisé sur initiative individuelle ou avec la participation d’associations de jardiniers ou de sociétés d’horticulture.
Pour participer à la prochaine édition, adresser une demande de dossier de candidature au SNHF, 84, rue de Grenelle, 75007 Paris ou par courriel à infoAsnhf.org ou à télécharger sur http://www.snhf.org
Anne-Lise Durif

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.