La France manque d’ophtalmos

FRance Info – novembre 2011
Alerte à la pénurie d’ophtalmos
La France risque de perdre 1 500 ophtalmologistes en 10 ans, soit près de 12 par mois. D’après un article de l’hebdomadaire Le Point « En 2009, on recensait 5 567 ophtalmologistes. Ils devraient être 5 443 en 2011 et 4 954 en 2015 ». Une perte considérable si on tient compte du vieillissement de la population. D’ailleurs, les ophtalmologistes redoutent un doublement de la malvoyance dans les 10 prochaines années.
Près de six Français sur 10 ont déjà renoncé à voir un spécialiste à cause des délais trop longs pour obtenir un rendez-vous. C’est le résultat d’un sondage Ifop. Spécialité médicale où la pénurie se fait ressentir le plus durement: l’ophtalmologie. Dans certains départements, l’attente atteint parfois six mois ou un an. 
C’est pour cette raison que de nombreux patients font le voyage jusqu’à Paris pour consulter, comme Frédéric Pommet, 40 ans, ingénieur à Sarreguemines en Moselle. « C’est beaucoup plus facile d’obtenir un rendez-vous à Paris et d’obtenir une ordonnance pour des nouvelles lunettes. Ce qui n’était pas le cas à Sarreguemines où le délai d’attente dépasse les 6 mois. Je fais l’aller-retour dans la journée. Cela me coûte un billet de train mais l’investissement est vite rentabilisé« .
Ce genre de témoignage n’est pas rare. Qu’ils soient du Gers, de l’Indre et Loire ou des Ardennes, des patients viennent régulièrement à Paris. « Ce sont des gens qui essaient d’avoir des rendez-vous, sans succès. Ils me téléphonent, me disent qu’ils ont eu mon nom par Untel ou Untel. Ils prennent le train, ils arrivent, je les vois et ils repartent » explique cet ophtalmologiste installé à proximité de la gare Montparnasse. Aujourd’hui, il faut en moyenne 103 jours pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste. 
La santé est une question bien trop sérieuse pour la confier aux politiques. Et pourtant, c’est ce que la France continue de faire. Aujourd’hui, le manque de spécialistes dans l’Hexagone est criant. Les directeurs des hôpitaux s’arrachent les cheveux pour pallier les départs à la retraite d’une génération de médecins réputés dans des spécialités comme la radiologie, la pneumologie, la neurologie ou encore l’ophtalmologie. Aujourd’hui, il semble qu’on tente de remédier à cette pénurie en ouvrant par exemple le numérus closus à plus d’étudiants. Mais pour former un médecin il faut huit à dix ans d’études. Et cinq années de plus pour un spécialiste. L’attente est donc encore loin d’être terminée…

Une pénurie qui touche même le plus haut niveau de l’Etat Français 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.