Le prix du timbre augmenterait en 2012 pour répondre aux attentes des actionnaires (CGT La Poste)

L’Humanité.fr – 19/01/12 – 
 Par sa décision n° 2011-1451, l’ARCEP vient d’autoriser La Poste à pratiquer une hausse tarifaire en 2012 de 1,5 %.
Le tarif de la lettre verte devrait subir quant à lui, une augmentation de 2%.
Ces nouvelles hausses découlent du désengagement de l’Etat quant à son rôle décisionnel en matière de fixation des tarifs postaux.
Si cette décision devait être mise en œuvre, on assisterait à la 6ème augmentation depuis la loi de déréglementation des activités postale de 2005 avec un rythme d’augmentations des tarifs postaux qui devient annuel et qui pèse essentiellement sur les particuliers et les petits usagers.
La péréquation tarifaire est encore plus abandonnée avec une politique tarifaire qui tourne le dos à l’égalité d’accès aux services postaux. La Poste s’étant engagée à ne pas augmenter ses prix pour les services d’envois des entreprises (affranchis par machines).
Alors que le résultat d’exploitation de La Poste devrait se situer entre 640 et 650 millions d’euros pour l’exercice 2011, cette augmentation des tarifs n’aurait d’autre but que la satisfaction des actionnaires en termes de dividendes.
Pourtant, d’autres choix sont possibles :
– dans le contexte de crise, le gel de toute augmentation de tarifs postaux pour 2012,
– une offre de service d’envois postaux à titre gratuit en ordinaire ou en recommandé pour tout demandeur d’emploi.
– des moyens de communication à des prix abordables tout en respectant la péréquation tarifaire.
– l’égalité  d’accès de tous les usagers à tous les services postaux sur l’ensemble du territoire,
– l’appropriation publique des activités postales.
L’avenir de La Poste n’est pas dans la recherche de dividendes à distribuer aux actionnaires, mais dans la réponse à apporter aux besoins de la population et aux postiers.
Communiqué de la Fédération des Activités Postales et de Télécommunications

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.