Allons-nous vers la voiture « jetable » ?

France Info – 20 janvier 2012 –  Jean-Rémy Macchia
La voiture ne serait plus un bien de consommation relativement durable. Mais une sorte d’objet « Kleenex » qu’on conserverait peu longtemps, et qu’on jetterait après usage, sans se soucier de le réparer, ou de prolonger sa vie de quelque manière que ce soit.
Les réparations coûtent cher
Regardez les voitures qui partent à la casse !
De plus en plus, elles sont dans des états très corrects !
Et il y a trois facteurs qui concourent à cette évolution :
– d’une part, la valeur des voitures baisse de plus en plus vite. Au bout de quelques années, elles ne valent plus grand-chose.
– d’autre part, l’entretien coûte de plus en plus cher. Donc, au fur et à mesure que la voiture vieillit – question de pur bon sens économique – il n’est plus rationnel, du point de vue financier, de consacrer des sommes relativement élevées pour maintenir en état une voiture qui ne vaut plus grand-chose.
– enfin, le contrôle technique. Tout le monde dit qu’il est salutaire, pour éviter d’avoir des épaves roulantes sur nos routes. Mais il contribue, aussi, à accélérer la mise à la casse de voitures en plutôt bon état. Des voitures qui, juste, ne satisfont plus à toutes les exigences du contrôle technique.

Donc, la durée de vie des voitures pourrait baisser.
Et tout cela est paradoxal ! Parce que les voitures actuelles vieillissent beaucoup mieux que celles d’il y a 30 ou 40 ans.
Mais, on leur apporte de moins en moins de réparations pour les conserver plus longtemps. Et elles partent à la casse, simplement, sur des usures de pièces, ou des réparations un peu coûteuses, malgré un bon état général.

C’est la logique pure et dure de la société de consommation qui joue à plein !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Consumérisme, Industrie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.