Nantes – « Demain la France » Pluralisme pendant un Week-end : Stéphane Hessel- François Hollande à l’ouverture

Nouvel Obs  le 20-01-2012

Hessel-Hollande : le sage et l’ambitieux

 Quelles leçons retirer du débat organisé par « le Nouvel Obs » entre l’auteur d' »Indignez-vous ! » et le candidat PS aux Journées de Nantes ?
Un grand homme face à un homme qui aspire à la grandeur… Stéphane Hessel a bien des avantages sur François Hollande. Il incarne un passé glorieux, quand le candidat socialiste représente un avenir incertain. D’abord, Hessel a connu De Gaulle et Mendès-France. Ensuite, il a un programme qui fait rêver depuis 56 ans : celui du Conseil national de la Résistance. A 93 ans enfin, par le miracle d’un « Indignez-vous ! » vendu à 4,5 millions d’exemplaires, dans le monde entier, il est devenu l’un des prophètes mondiaux de la révolte contre le capitalisme mondialisé et la dictature des marchés.
 « Je n’aurai jamais dû accepter ce débat », plaisante Hollande.
Mais Hollande, qui feint si bien la modestie, n’est pas le Petit Chose. A la différence de Stéphane Hessel, qui fut un grand serviteur de l’Etat, il est celui qui s’est lancé à la conquête du pouvoir, celui qui doit traduire l’indignation en politique et celui qui doit embrasser l’avenir. Hessel voudrait qu’il se montre « radical » : « plus vous serez radical dans vos propositions, plus vous rencontrerez une quantité large de gens qui seront heureux que vous incarniez un véritable changement. » Le vœu est pieu. Mais Hessel sait bien ce qu’il a d’illusoire, s’agissant de Hollande. « Soyez Franklin Roosevelt », corrige le sage.
Hollande se garde bien de filer la comparaison avec le promoteur du New Deal qui sortit l’Amérique et le monde de la crise de 1929 et présida l’Amérique en guerre. Hollande préfère être Hollande, voyez-vous. Sa candidature, explique-t-il, est le fruit d’une indignation. « Mon adversaire n’a pas de nom : c’est la finance.… » Mais la politique qu’il imagine est « raisonnable. » Il ne dévie pas de son cap : réforme bancaire (oui, mais dans un seul pays !), fiscalité plus juste, redressement productif et relance européenne. Le candidat socialiste vante son projet et transforme tout doucement le débat du sage et de l’ambitieux en réunion électorale.
Hessel n’y voit rien à redire. Il donne sa bénédiction à Hollande. Il sent bien que ce jeunot à la fibre du « guide » et du « visionnaire ». « Je vois bien François Hollande prenant le rôle que nous voulons. » Et surtout, rêve-t-il, ce président-là nous ramènerait une République parlementaire ! Hollande, un retour à la IVe République ? Voilà qui nous ramènerait à un temps où la France était maîtresse de son destin et se fichait comme d’une guigne de Standard & Poor’s.
Tout sourire, le candidat conteste l’augure. Président, il veut être. Bien sûr, il restaurera les contre-pouvoirs mis à mal par l’hyper-président sortant. Mais s’il gagne, il compte bien, comme tous ses prédécesseurs se glisser dans le grand costume taillé en 1958 par l’homme du 18 juin.
Hessel n’est pas venu lui chercher noise. Il lui accorde sa bénédiction tout en l’exhortant à résister aux « désirs d’apaisement » aux « allons-y mollo » et autres « ne bousculons pas« . Hélas, ce n’est pas un vieux sage qui pourrait prémunir le président du Conseil général de Corrèze contre cette tentation. Mais un exorciste : Hollande, sors de ce corps !
Sylvain Courage 
 
Du 19 au 21 janvier, les Journées de Nantes : Demain la France, ou comment retrouver foi en l’avenir
« Le Nouvel Observateur » organise les 20 et 21 janvier 2012 « les journées de Nantes sur le thème « Demain la France ». L’événement se déroulera à la Cité des Congrès et au Lieu Unique. L’entrée est gratuite.  Pour vous inscrire, cliquez ici. Qu’on le croie inéluctable ou fantasmatique, le spectre du déclin français hante le débat […]
Lire la suite 
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.