Manifeste : Réformons ensemble le système scolaire !

Un nouvel article sur le blog www.cdumonteilkremer.com :  Réformons ensemble le système scolaire
Catherine Dumonteil Kremer

—————-
Pétition publique adressée aux candidats à la présidence de la république française :
Réformons ensemble le système scolaire !
Mesdames, Messieurs les candidats à la présidence de la République,
L’école telle qu’elle est devenue depuis plusieurs années nous parait incompétente à former les adultes de demain. Elle concourt à construire une société dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas. Beaucoup d’entre nous mettent leurs enfants à l’école publique à contre cœur, d’autres ne mettront pas leurs enfants à l’école en septembre 2012.

Nous souhaitons que les enfants bénéficient de meilleures conditions pédagogiques et de meilleures attentions humaines tout au long de leur phase d’apprentissage. Nous aimerions que tous les enfants puissent avoir droit à un système scolaire public épanouissant.

La confiance, le soutien, la créativité, la liberté et le temps pour explorer et expérimenter sont essentiels au développement, à l’épanouissement, à la structuration de l’enfant. Nous avons à cœur de protéger et développer le désir d’apprendre, la créativité vivants en tout enfant dès sa naissance. De nombreuses pédagogies ont fait leur preuve et nous souhaitons qu’elles rentrent désormais dans le système éducatif national. Nous souhaitons une réforme du système scolaire français.

Nous aimerions recevoir votre programme concernant l’éducation et en même temps nous vous proposons des pistes qui nous semblent essentielles.

*Nous disons NON :*

• à une méthode unique d’apprentissage pour une trentaine d’enfants par classe. Nos enfants ont un grand plaisir à apprendre. Dès la naissance les enfants apprennent des notions très complexes grâce à une volonté immense ; ils se dépassent sans cesse et adoptent la posture du chercheur. Ils font de multiples essais et finissent par en tirer des conclusions : c’est ainsi qu’ils avancent à leur rythme. Or cet enthousiasme semble se tarir au contact de l’école : nos enfants s’y ennuient et perdent ce désir intense de découvrir et d’expérimenter.

• aux notes, sanctions, humiliations, et jeux de pouvoir qui induisent un stress important, une perte de confiance en eux, une agressivité et une colère permanente, incompatible avec la compréhension et la mémorisation. Les évaluations pourraient être légères, réfléchies et les erreurs pourraient être encouragées (Que fait-on de la démarche du chercheur pour qui se tromper est indispensable avant de trouver sa solution). Nous voulons éviter que nos enfants apprennent sans comprendre, mécaniquement pour ne pas être blessés.
• aux évaluations consignées dans un dossier poursuivant l’individu toute sa vie : elles sont d’abord faites pour aider les enseignants au lieu de se trouver en position de constituer un fichage qui nous pose problème.
• aux propositions qui visent à baisser l’âge de l’instruction obligatoire à trois ans.
• aux programmes scolaires trop lourds qui mettent les enseignants sous pression.

*Nous disons OUI* :

• à une école qui soutient ses enseignants de façon stimulante et participative, car l’ennui et le découragement les contaminent fréquemment. Actuellement l’institution abandonne parfois son personnel dans des situations inadaptées au développement d’un enseignement bienveillant et sécurisant pour tous les membres de la communauté éducative.

• à une formation initiale et continue des enseignants, à l’écoute, au soutien, aux pédagogies actives, à l’éducation émotionnelle et à la communication relationnelle énergétigène suivie de la possibilité de mettre en actes ces savoir-faire et ces savoir-être respectueux des individus, enfants et adultes. Ces compétences nous paraissent essentielles pour l’épanouissement du potentiel d’imitation des enfants, pour la résolution pacifique des conflits, pour des accompagnements bienveillants pour les enfants dans un quotidien épanouissant pour les adultes.
• à des méthodes adaptées à chaque enfant, à sa sensibilité, à son fonctionnement cognitif, à sa perception du monde, à sa façon d’être (le rapport CERI Centre d’études et de recherche pour l’innovation dans l’enseignement nous dit qu’il y a autant de façons d’apprendre que d’individus).

• à une école où l’apprentissage et la découverte passent par le sensitif, le manuel, le concret, les choses de la vie, de l’environnement. Le jardinage permet de faire des liens avec le temps (patience, les saisons, le cycle de la vie, l’écosystème), qui manipule la terre, utilise du
compost, fait du pain…

• à des apprentissages par le mouvement, par le jeu, l’expérimentation de toutes sortes de formes d’apprentissage pour éviter « la fabrique de cerveau » (Spécificité française) sur un modèle unique de développement.

• à l’entrée des arts (plastiques, musique, danse, théâtre) proposés par divers intervenants, à l’expression de soi de façon artistique, par plaisir, en développant la créativité et non l’imitation où les moins habiles pensent alors qu’ils ne sont pas doués. Sécuriser la créativité, permettre à
l’enfant de prendre son temps, d’explorer, sans rabaisser aucune de ces réalisations et pas uniquement en maternelle !

• à l’ouverture des classes : une école ouverte à toutes les générations qui souhaitent partager leur savoir. Oui à une école ouverte sur le monde ; la ville, le quartier et la famille.
• à une intégration douce des touts petits avec une séparation en douceur et non avec violence comme actuellement (les parents seraient invités à rester dans la classe le temps souhaité et sur une durée indéterminée en fonction de l’intégration de leur enfant).

• à des horaires d’école plus légers, plus adaptés aux rythmes des enfants.

• à un budget gouvernemental favorable au développement de ces mesures en faveur de l’éducation.

Signer la pétition

Cette pétition se trouve hébergée sur Internet sur le site Pétition Publique

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.