Police – Enquête sur le secrétaire général de l’UMP

 – blog  che4ever.09/01/2012
La police enquête sur une ristourne fiscale de Jean-François Copé
 Le généreux Copé accorde une ristourne fiscale de 4 millions d’euros à un « contribuable » ?
Jean-François Copé n’en a pas fini avec l‘affaire Takieddine. Selon un « procès-verbal d’investigation » du 12 décembre 2011, la police judiciaire enquête sur une étrange faveur fiscale accordée par le patron de l’UMP, à l’époque où il était ministre du budget (2004-2007).
Les faits, évoqués en septembre dernier par Mediapart, portent sur l’effacement, en 2005, des deux tiers d’une dette fiscale réclamée par l’administration à un riche homme d’affaires franco-libanais, Gérard Achcar. Une ristourne de 4 millions d’euros, qui serait consécutive à l’intervention de Ziad Takieddine auprès du ministre. Et qui lui aurait été demandée par Nicolas Bazire.
Président des Grands moulins du Mali, mais résident fiscal en France, Gérard Achcar est en effet lié au n°2 du géant du luxe LVMH, mis en examen en septembre pour « complicité d’abus de biens sociaux » dans le volet financier de l’affaire Karachi. C’est la découverte du dossier fiscal de M. Achcar dans les archives de Ziad Takieddine qui a éveillé la curiosité des policiers de la Division Nationale des Investigations Financières (Dnif).
Le 9 décembre dernier, Nicola Johnson, l’ex-femme du marchand d’armes, a été priée de livrer son explication sur ces documents
« Je me rappelle qu’une fois Nicolas Bazire est venu voir Ziad Takieddine pour que Ziad l’aide par rapport à M. Achcar, a-t-elle ainsi expliqué sur PV. En effet, M. Achcar avait un problème avec le fisc français. Ziad a accepté d’aider M. Achcar, à la demande de Nicolas Bazire. Ziad a ensuite contacté Jean-François Copé qui était ministre du budget à ce moment-là ».

Lire les détails

Une ristourne de 4 millions d’euros !
Les liens Copé/Takieddine au cœur de l’enquête
Source du blog  : Mediapart 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Police, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.