Union Européenne : accord sur le budget, discorde sur la Grèce

Les dirigeants européens ont adopté hier soir un traité visant à inscrire dans leurs législations une règle d’or sur le retour à l’équilibre budgétaire et des sanctions quasi automatiques en cas de dérapage des déficits publics.
25 des 27 pays de l’UE ont accepté le nouveau pacte de discipline budgétaire. La République tchèque et la Grande-Bretagne l’ont refusé.
Les dirigeants européens ont dû se pencher une nouvelle fois sur la situation de la Grèce, après que Berlin a jeté un pavé dans la mare en proposant de placer Athènes sous une stricte tutelle : un commissaire européen disposerait d’un droit de veto sur les décisions budgétaires du gouvernement.
 Cette idée a été rejetée catégoriquement par plusieurs pays, dont la France. Le président Nicolas Sarkozy a jugé que ce ne serait « pas raisonnable, pas démocratique et pas efficace ». Athènes ne veut pas en entendre parler.
 L’enjeu n’est pas mince : il s’agit du déblocage du second plan d’aide au pays, d’un montant de 130 milliards d’euros, promis par les Européens en octobre dernier. Cette aide est vitale pour la Grèce, qui doit rembourser 14,5 milliards d’euros de prêts le 20 mars, faute de quoi elle sera en cessation de paiement.
Le Monde du 31/01/2012

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.