Syrie : statu quo diplomatique, Moscou inflexible

Le Monde du 01/02/2012

Face à la répression en Syrie, la communauté internationale hausse le ton.
Hier soir, à New York, les chefs de la diplomatie américaine, français et britannique ont ainsi exhorté les 15 membres du Conseil de sécurité des Nation unies à soutenir les efforts de règlement entrepris par la Ligue arabe. Objectif : l’adoption d’une résolution instaurant une authentique « transition démocratique » à Damas. Pour l’heure, les pourparlers achoppent toujours en raison de l’opposition de la Chine et surtout de la Russie à toute « ingérence » dans les affaires intérieures du pays. Sacrifier Bachar Al-Assad ?
Sur le terrain, l’Armée syrienne libre, qui revendique 40 000 combattants (Le Temps), est certes devenue un acteur majeur de la contestation du régime.  Mais,  elle manque d’armes et de financements pérennes.
 Pragmatique, The National prône une « solution de compromis » externe pour mettre un terme à la crise. Une solution à laquelle Le Temps ne croit pas. « C’est très probablement entre Syriens, et Syriens seuls, que devront se régler les querelles », estime le quotidien suisse.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, Résistance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.