Eingedeutscht ? ( Germanisés ?)

France Info – 7 février 2012 – Lise Joly
 © None

 

Merkozy 
La France est elle vraiment en train de se germaniser , béate d’admiration devant un modèle qu’elle rêve  de copier, de s’imaginer  en championne de l’économie et de la rigueur budgétaire ? La France s’intéresse t-elle vraiment à ce qui se passe Outre-Rhin , veut -elle tout savoir sur les nombreuses variétés de saucisses, va t-elle enfin comprendre que la choucroute n’est pas allemande mais alsacienne, et cesser de croire qu’en Allemagne , l’après midi on fait du sport et de la musique à l’école? Bref, y a t-il un intérêt accru des français pour leur voisin ou bien toutes ces histoires de modèle allemand et d’amitié franco- allemande que l’on redécouvre aujourd’hui  ne sont- elles en fait qu’un intérêt de circonstance, un artifice de campagne électorale pour donner du souffle à la campagne française et entraîner dans son sillage celle de l’Allemagne qui se déroulera l’an prochain?
La réponse est clairement oui. Cet amour immodéré et soudain pour l’Allemagne qui s’empare des politiques français en ce moment à commencer par notre président est d’abord et avant tout une manière de parler de soi . Pour redire comment nous sommes souples et réactifs , prêts à s’inspirer du premier modèle venu du moment qu’il semble fonctionner , pour redire comment nous sommes fiers et pénétrés de notre propre modèle que certains inconscients sont prêts à sacrifier sur l’autel de l’Europe, ou bien comment nous sommes mauvais et retardataires, selon le bord politique auquel on appartient et d’où l’on parle  .
Mais croulant sous cette avalanche de chiffres, de preuves par neuf et de vérités et contre vérités, s’interesse t-on vraiment à l’Allemagne, j’en doute. Car sinon, il y aurait beaucoup moins d’enthousiasme et un peu plus de mesure  à la vanter et à vouloir la  copier  . Car ce modèle économique est radicalement différent du nôtre et ses recettes ne sont pas forcément celles qui nous conviennent. Ce modèle, fondé sur l’industrie , les exportations et le consensus social, a pu se permettre d’augmenter la TVA de 3 points en 2007 ( dont 1 point pour l’allègement du coût du travail)  sans avoir de manifestations dans la rue, de conséquences dramatiques sur le pouvoir d’achat puisque les exportations ont compensé le manque à gagner. La France qui fait reposer son modèle sur les services et la consommation prend un risque en proposant d’appliquer cette recette d’Outre-Rhin , celui de voir le pouvoir d’achat des français se réduire comme peau de chagrin si les entreprises ne jouent pas le jeu , augmentent quand même les prix malgré la baisse du coût du travail car nous,  nous n’aurons pas les exportations pour remplir les caisses .Voilà donc un exemple . Il y en a d’autres. La France n’est pas l’Allemagne et vice-versa.
Mais d’une manière plus générale , il faut aussi se souvenir que l’Allemagne , c’est parfois un modèle économique qui perd avec , en ce moment,  une explosion de la précarité et des bas salaires  , avec, il y a 10 ans  un chômage de plus de 5 millions de personnes, et avec il y a deux ans seulement , un décrochage économique de plus de 5 points du PIB car les fameuses exportations avaient fait les frais de la crise de 2008-2009. Tout n’est pas bon dans le cochon , tout n’est pas transposable et gage de réussite . A parler de l’Allemagne jusqu’à en avoir la nausée, les politiques  n’ont pas encore réussit à dégoûter les français de leurs voisins d’outre-Rhin, c’en est même surprenant . Mais cette frénésie à vouloir s’inspirer du modèle allemand conduit forcément le citoyen français lambda à s’interroger sur la capacité d’innovation de ses hommes politiques  : ont ils encore de l’imagination,  de la créativité, des idées pour leur propre pays, on peut légitimement se poser la question.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.