Chasse, pêche et élections : la pêche aux voix est ouverte !

Charlie Hebdo mercredi 8 février 2012 – Fabrice Nicolino
Sarkozy doit vraiment avoir l’angoisse car il vient de refiler aux chasseurs trois cadeaux pour le prix d’un…
Le plus immédiat : recevant le 29 janvier à l’Elysée les patrons de la chasse, le grand président leur a annoncé qu’ils pourraient plomber deux magnifiques oiseaux – l’oie bernache et le courlis cendré – jusqu’au 10 février, soit dix jours de rab à une période cruciale pour les piafs. Et qu’on pourrait bientôt s’attaquer au canard eider, qui bénéficiait jusqu’ici d’un moratoire.
Oie Bernache et Courlis cendré
Commentaire de Willy Schraen, ponte des chasseurs du Pas-de-Calais : « Le président de la République n’a pas caché sa volonté de remettre la chasse Française (sic) au centre le la biodiversité nationale ». Tête de Bougrain Dubourg, président de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) : « Je suis écœuré par cette série de mesures totalement inédites, à la veille des élections présidentielles. »
Deuxième gâterie : la loi Bignon, du nom d’un député UMP de la baie de Somme, bastion des  viandards. Bignon a fait voter sa loi à l’Assemblée voici un an, mais ô surprise, elle passe devant le Sénat ces jours-ci, en pleine campagne électorale. Au programme, la défiscalisation de terrains de chasse, la reconnaissance des chasseurs dans l’éducation au prétendu « développement durable », et l’obligation d’accepter les chasseurs chez soi, sur son terrain, au prétexte de diminuer les dégâts occasionnés par le gibier !
Un art de vivre devenu une distraction…
Dernier présent, cette fois sur le dos large des vautours fauves, sauvés in extremis de l’extinction il y a trente ans. L ‘écologiste en chef, Mme Kosciusko-Morizet, est en train d’autoriser contre eux des « tirs d’effarouchement ». Pourquoi ? Parce que les lobbies de la chasse et de la « ruralité » unis pour la cause, prétendent que ce charognard, strict depuis des millions d’années, se serait mis à attaquer le bétail. Chercher  dans le tableau le renard, les bœufs et les ânes. Dont les connards.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans animaux, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.