Campagne présidentielle du candidat non déclaré : « Constitutionnaliser les sondages » « Monter une partie de la société » contre l’autre

Rue 89  09 /02/2012 Mathieu Deslandes | Journaliste

Votez Sarkozy et gagnez deux référendums sur des sujets de société

C’est pénible, le dialogue social et la démocratie représentative. Nicolas Sarkozy a trouvé une solution bien plus moderne à ses yeux. Une pratique bonaparto-gaullienne qui permet de réformer vraiment quand « les intérêts particuliers, les obstacles catégoriels s’avèrent trop puissants » : le référendum.
« Je crois que la meilleure façon de surmonter des blocages dans notre société, c’est de s’adresser directement au peuple français », explique-t-il dans un long entretien au Figaro magazine qui sort ce week-end.
Le Président sortant envisage, s’il est réélu, un premier référendum sur la réforme du mode d’indemnisation du chômage.
« Monter une partie de la société » contre l’autre
Le principe ? Au bout de « quelques mois », « toute personne au chômage sans perspective sérieuse de reprise d’emploi devra choisir une formation qualifiante ». Elle sera obligatoire et définie par un comité chargé d’identifier « les secteurs d’avenir créateurs d’emplois ». Au terme de cette formation, « le chômeur sera tenu d’accepter la première offre d’emploi correspondant au métier pour lequel il aura été nouvellement formé ».
Dans cette même interview, il annonce que l’école sera « l’un des chantiers les plus importants ».« Faudra-t-il un référendum sur l’école ? » lui demande le magazine. Réponse :  « Paradoxalement, je ne le pense pas. Il serait vu comme un moyen de monter une partie de la société contre le monde éducatif. »
Par contre, « monter une partie de la société » contre les immigrés lui pose visiblement moins de difficultés. Nicolas Sarkozy souhaite en effet que les tribunaux administratifs deviennent les seuls compétents en matière de droit des étrangers.
Pour cela, « il faudra une réforme de la Constitution ». Par référendum ? « C’est un sujet dont on peut débattre », dit-il. Mais c’est tout débattu : l’autre voie possible – une ratification par les deux chambres – est devenue toute théorique depuis que le Sénat a basculé à gauche.
« Constitutionnaliser les sondages »
Depuis qu’il est à l’Elysée, Nicolas Sarkozy n’a jamais eu recours à cette « arme ». Comme Giscard. Mais il en avait organisé un en tant que ministre de l’Intérieur, en 2003, en Corse. Deux ans plus tard, il faisait campagne pour le oui au référendum sur le traité constitutionnel européen. Deux échecs.
Sa « rupture », dans son nouveau projet, tient à l’objet des référendums : des sujets de société, ce serait une première.
Mais pour le constitutionnaliste Laurent Dubois, interrogé par Lexpress.fr, poser ce genre de question « type café du commerce » revient à « constitutionnaliser les sondages ».
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.