“Nous sommes tous des Grecs français!”

Realinfos – 10 février 2012 – Florian Tixier 
  Par empathie avec les Grecs, une association nantaise propose aux Français de demander la nationalité hellène. Une solidarité bienvenue alors que la Grèce est au bord de l’explosion sociale et politique face aux nouvelles exigences européennes de réduction de la dette du pays.
“Par solidarité, je suis Grec aussi ! Nous demandons la double nationalité. Parce que le peuple grec subit l’humiliation, soyons solidaires face aux riches du monde entier. Demandons tous symboliquement la nationalité grecque !”
C’est par ces mots que commence l’Appel lancé par plusieurs Nantais de l’association N.e.u.f (Nantes est une fête), indignés par la manière dont l’Europe traite la Grèce, et ses citoyens, ces derniers mois.
“Cela a d’abord été un réflexe immédiat, presque émotif, de solidarité avec les Grecs, face au caractère insuportable de l’offense qui leur est faite : une injustice économique doublée d’une humiliation et d’une accusation de tricherie et d’intempérance. On n’a pas le droit de jouer ainsi avec la dignité d’un peuple”, explique Luc Douillard, à l’origine de cette initiative avec quelques amis.
Hommage à la civilisation grecque
Professeur d’histoire-géographie, et par ailleurs militant engagé au niveau associatif, Luc Douillard n’hésite pas à s’appuyer sur l’Histoire pour donner son analyse de la situation en Grèce : de la démocratie athénienne, fondement de nos sociétés, aux Accords de Munich par lequel la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni avaient lâché leur allié Tchécoslovaque. Il dénonce particulièrement la passivité des Français face à la mise sous tutelle de la Grèce et revendique une solidarité afin de “partager, au moins symboliquement, le destin de son peuple”.
Ironie du sort, le texte rappelle que c’est l’archonte Solon qui, en 594 avant Jésus Christ, procéda à l’abolition de l’esclavage pour dettes …
Naturalisation solidaire
Le concept de l’appel est simple : pour exprimer leur solidarité avec le peuple grec, les signataires sont invités à faire une demande de naturalisation auprès de l’ambassade ou des consulats de la République hellénique. Le site fourni même un modèle de texte à compléter et envoyer aux autorités pour procéder à la demande. Et qu’importe que celle-ci n’ait que très peu de chances d’aboutir (le code de la nationalité grec est basé sur le droit du sang), c’est le geste qui compte pour ces militants anti-troika.
“Ces gens ont voulu dire concrètement leur amitié solidaire aux Grecs, en se proclament ‘Grec de coeur’, un peu comme des manifestants français de mai 1968 se disaient tous par provocation ‘Juif allemand’, ou comme Kennedy a déclaré à Berlin ‘Ich bin ein Berliner’. Ce geste est déjà beaucoup”, témoigne Luc Douillard.
Le site internet Je suis Grec aussi a déjà reçu près de 110.000 clics et l’appel a été traduit en 7 langues par des contributeurs bénévoles du blog, de manière à diffuser au maximum le message de solidarité parti de la côte Atlantique. En Grèce, l’appel a déjà fait beaucoup de bruit et de nombreux médias lui ont consacré des reportages.
“Nous sommes touchés par l’ampleur prise par cet Appel, touchés surtout par la reconnaissance des Grecs qui ont été souvent très émus. Cette reconnaissance nous touche beaucoup”, explique Luc Douillard.
A qui le tour ?
“En fait l’exemple grec paraît n’être qu’un début de récession possible. Ce peuple est systématiquement présenté, avec d’autres bien sur, comme le vilain petit canard de l’Europe. Mais les difficultés venant, on peut raisonnablement penser ‘Aujourd’hui la Grèce demain la France’ “, raconte Nicolas, qui a demandé à être Grec et serait “fier” de porter la double nationalité.
Emmanuelle, enseignante en Français de la région nantaise, elle aussi signataire, dénonce une situation inacceptable et traduit son sentiment d’impuissance.
“Cet appel est une sorte de ‘Indignez-vous’ de la société civile en direction de la Grèce, et à ma connaissance, la seule initiative de soutien. Ce que les pouvoirs financiers européens font subir au peuple Grec, qui n’est en rien responsable de l’incurie de “leur” gouvernance, me révolte. Les témoignages de descente aux enfers des Grecs qui nous arrivent par la presse chaque jour sont édifiants !”.
D’après l’ambassade de Grèce à Paris, plus de 400 demandes leur seraient déjà parvenues. Et en attendant qu’Athènes ne décide ce qu’elle va répondre à ces philhellènes d’un nouveau genre, Luc Douillard a déjà quand à lui reçu le statut de citoyen d’honneur de la ville de Nea Iona (métropole athénienne) ainsi qu’une lettre de félicitations du maire de Delphes.
About these ads

À propos de werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cette entrée, publiée dans Europe, Résistance, est taguée , . Bookmarquez ce permalien.