Les exilés fiscaux du tennis suscitent la polémique en France

Paradis fiscaux et judiciaires – 13 février 2012 – marieagnes et Melchior Oberson de La tribune de Genève
En marge de la victoire française en Coupe Davis ce week-end, Guy Forget s’est attiré les foudres de la presse après avoir justifié l’exil fiscal des ses joueurs !
Guy Forget a défendu ses joueurs bec et ongles.
L’équipe de tennis suisse n’est pas la seule à se trouver dans l’oeil du cyclone après la gifle infligée par les américains ce week-end. Malgré leur large victoire contre le Canada, les tennismen français et notamment leur entraîneur Guy Forget sont également sous le feu des critiques après que ce dernier a ardemment défendu l’exil fiscal de certains joueurs.
«Les joueurs sont à l’étranger huit mois par an»
Dans un entretien accordé au Monde samedi, Guy Forget revient en effet sur l’amour particulier que semble porter les tennismen français à la Suisse. Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga, Gilles Simon, Richard Gasquet, Amélie Mauresmo… et lui-même sont tous des résidents de longue date de la région valdo-genevoise. Et ce n’est un secret pour personne, des raisons fiscales plus que sentimentales ont présidé à ce choix. Guy Forget ne cherche d’ailleurs pas à le nier. Il aurait même tendance à soutenir ses protégés: «On veut leur faire un procès parce qu’ils ont envie de ne payer que 30 % d’impôts en Suisse au lieu de 50 % en France.» Des reproches que l’entraîneur ne comprend pas. «La carrière d’un joueur de tennis dure une dizaine d’années. […] Les joueurs sont à l’étranger huit mois par an, ils gagnent donc l’essentiel de leurs revenus hors de France. Il faut savoir que quand ils gagnent 1 million d’euros en France, ils en laissent 500 000 aux impôts.» Les athlètes devraient-ils donc être dispensés d’impôt dans le pays qui les a formés? Guy Forget évoque la «liberté», et juge «sévère» les réactions indignées qu’inspirent systématiquement la question de l’exil fiscal en France. «On montre certains sportifs du doigt, comme s’ils étaient responsables de l’endettement. Les erreurs et le gaspillage des gouvernements successifs ont beaucoup plus à voir dans les difficultés que nous traversons aujourd’hui», déclare-t-il. Une plaidoirie qui n’aura pas convaincu tout le monde.

«Un plaidoyer consternant»
Le site d’information français Rue89 s’emporte contre ces propos qu’il estime «consternants. Guy Forget connaît-il l’idée de solidarité ? Se dire qu’une partie de ses impôts peut financer des salles de sports, des universités, des pompiers, des hôpitaux?» Le site rappelle que la formation des talents à l’Institut National du Sport (Insep), où Tsonga a fait ses classes, est essentiellement financée par la contribution publique. Rue89 s’interroge sur la légitimité de représenter la France dans les compétitions internationales lorsque «l’on passe le plus clair de son temps hors du pays. Pourquoi jouer la Coupe Davis si l’on peut gagner un gros chèque dans un tournoi canadien ou quatarien?» Les réactions des internautes sont au diapason. «Écoeurant», écrit Alexad. «Chaque gain réalisé en France devrait être prélevé à la source.» Certains sont encore plus virulents, comme Fredpop: «Qu’on les vire de l’équipe de France !»

 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.