Médecine : l’odeur des buchers

Dazibaoueb – 16 février 2012 – par Hazy 
Depuis quelques temps les échos se faisaient sombres. Des échos, on en a souvent, mais ils se faisaient aussi nombreux.
Puis la MILIVUDE appelle à la dénonciation des médecines douces…
Puis on a senti les forums un peu plus anxieux. Un peu plus d’autocensure. Des réactions plus modérées.
Puis la première goutte est tombée : des médecins convoqués devant l’ordre, ou devant la sécu, car ils prescrivent trop d’huiles essentielles pour traiter la maladie de lyme, et pas assez d’antibiotiques. Parce qu’ils prescrivent trop d’analyses au laboratoire schaller, à strasbourg.
Car c’est bien connu :  la maladie de lyme n’existe quasiment pas en France. En France, elle se soigne très bien avec de simples antibiotiques. D’ailleurs, très peu de gens ont la maladie de lyme. Les analyses reviennent négatives. Sauf chez schaller, qui a investi dans des souches plus larges, qui pousse plus les tests, bref, qui fait son boulot sérieusement.
Donc, cette maladie inexistante, parfaitement détectée, et qui se soigne très bien, commence à poser problème.
Car si tout allait bien, pourquoi, alors, a-t-il fallu que le laboratoire schaller soit fermé sur ordre du préfet, sans semonce, par des agents de police ?
Pourquoi a-t-il fallu que le laboratoire nutrivital se soit vu soudainement interdire la production, commercialisation, publicité et distribution gratuite de son produit   » tictox » ?
Car ils sont nombreux les malades imaginaires, les hypocondriaques, à avoir été positifs au labo schaller, et à avoir vu leur état s’améliorer grandement après un traitement au tictox…
Nous sommes nombreux aujourd’hui à nous demander, comment, demain, nous pourrons soigner nos enfants. Car la médécine nous offre des tests inefficaces, et des médicaments impuissants d’une main … Tandis que de l’autre, elle gratte l’allumette, et allume les buchers d’une inquisition qui semble aujourd’hui passer à la vitesse supérieure …

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.