Populiste, pas président

Courrier International – 16/02/2012
VU D’ALLEMAGNE
“Nicolas Sarkozy vient de remiser au placard son costume de président et de sortir l’uniforme de combat du populiste.” Pour Stefan Ulrich, correspondant à Paris de la Süddeutsche Zeitung, le chef de l’Etat sortant a failli à sa mission. Jamais il n’aurait dû proposer, comme il l’a fait dans un entretien au Figaro Magazine, d’organiser un référendum sur l’emploi et l’immigration. “Il aurait pu mener une campagne sérieuse et ainsi, même en cas de défaite, rester dans l’Histoire comme un président responsable”, argumente le journaliste allemand.

Eh bien, c’est raté. “Celui qui, comme lui, propose d’organiser un référendum sur les obligations des demandeurs d’emploi ou sur l’expulsion d’étrangers ne fait que souffler sur les braises. Il ne s’agit pas ici de débattre de problèmes de société, mais de faire de la propagande pour gagner des voix, critique Stefan Ulrich. L’appel au peuple mécontent est ici censé remplacer un travail de conviction mené via les institutions démocratiques. C’est ce qui s’appelle du populisme.” Pour Nicolas Sarkozy, le risque est grand. “S’il continue sur cette lancée, il n’entrera pas dans l’Histoire comme un réformateur, mais comme un talent qui s’est lui-même sabordé.”

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.