Hommage à Péli, le pélican d’Antifer – Après plus de 30 ans sur le port, le pélican du Havre est mort –

 France 3 Normandie 15/02/2012

La mascotte des marins est morte… probablement de vieillesse.

Sur plage de Saint-Jouin-Bruneval, les visages sont un peu tristes. Après 30 ans de cohabitation avec les marins d’Antifer et habitants de Saint-Jouin-Bruneval, Péli le pélican est mort le 13 février 2012. Péli était la mascotte, « c’était comme un petit chien » confie une fillette attristée
D’autres préfèrent rester sur une note optimiste, « qu’il est disparu ou pas, Péli restera toujours la mascotte », affirme cette habitante le sourire radieux en évoquant ce drôle d’oiseau.

Le pélican est arrivé en 1981 pour des raisons inconnues sur le port pétrolier d’Antifer. Il était alors sérieusement blessé. Les habitants l’ont soigné et apprivoisé. Péli se sentait tellement bien qu’il n’a jamais voulu repartir… jusqu’à lundi…
Voir le reportage ci-dessous de France 3 Baie de Seine
Par Carole BELINGARD
son histoire
 TV5MONDE LE HAVRE (France) (AFP) – 16.02.2012 © 2012 AFP

Après plus de 30 ans sur le port, le pélican du Havre est mort

Ce pélican blanc avait été aperçu pour la première fois le 13 septembre 1981 au milieu des super-tankers du port pétrolier d’Antifer. Il n’avait jamais été possible de déterminer sa provenance: il n’existe pas d’individu de cette espèce ni dans la nature ni dans les parcs animaliers des alentours.
Le volatile était peut-être arrivé à bord d’un bateau et relâché à la côte par le marin qui l’avait capturé. L’oiseau portait bien une bague avec l’inscription « Ruth Lippelo B » mais celle-ci est restée mystérieuse malgré de nombreuses recherches.
Depuis, « Péli » comme il était dénommé affectueusement était devenu la mascotte de la ville de Saint-Jouin-Bruneval dont les élus donnèrent en son honneur le nom de « Pélican » à l’école primaire.
L’oiseau était nourri par des marins-pêcheurs qui disposent d’une petite anse aménagée à côté du port pétrolier. Chaque jour, il attendait sur le quai le retour des petits bateaux de pêche et ingurgitait environ un kilo à un kilo et demi de poisson.
Blessé à plusieurs reprises accidentellement ou à la suite d’actes de malveillance, « Péli » avait été plusieurs fois soignés à la clinique des oiseaux d’Allouville-Bellefosse, à une quarantaine de kilomètres. Selon la mairie, il avait même fait une fugue de deux jours mais avait été retrouvé sur une plage d’Etretat, au nord du Havre, et reconduit à Antifer.

Les spécialistes de la clinique des oiseaux n’ont jamais pu déterminer son âge. Dans la nature, ce volatile qui prospère dans les régions chaudes du globe peut vivre entre 15 et 25 ans et en captivité l’âge maximum atteint par un oiseau de cette espèce serait de 54 ans.
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Insolite, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.