Sénégal – Scrutin présidentiel sous tension : médias internationaux

Le Monde du 25/02/2012

A deux jours d’une élection présidentielle à haut risque, le climat est délétère au Sénégal.

Autorisé par le Conseil constitutionnel à briguer un troisième mandat consécutif – droit qu’il a obtenu au prix de subtiles arguties juridiques, rappelle Le Temps Abdoulaye Wade semble déterminé à s’accrocher au pouvoir à tout prix.
Et fait l’objet de multiples attaques ad hominem. Vilipendé pour son « narcissisme », sa « vanité » ou sa conviction « d’être indispensable », celui qui, il y a douze ans, avait fait souffler un vent d’espoir sur le pays est aujourd’hui largement conspué (lire notre dossier).
« Wade, l’arroseur arrosé », ironise d’ailleurs Nord-Sud, dénonçant la tentation du « Gorgui » (« le vieux », son surnom) de se « gbagboïser » – une référence explicite à l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, qui avait refusé le verdict défavorable des urnes en novembre 2010.
Bien que largement désunie, l’opposition, mêlant formations politiques et courants artistiques (The Independent), « ne décolère pas », indique El Watan. Un courroux qui s’est exprimé, ces derniers jours, par une recrudescence de la violence dans la rue (Al-Ahram Hebdo).
 Dans ces conditions, « le match des urnes aura-t-il lieu », s’interroge L’Observateur Paalga.
Cela peut dépendre en partie de la délicate médiation engagée par l’ex-chef de l’Etat nigérian Olusegun Obasanjo (Le Patriote, BBC).
 Le Pays, lui, est résolument pessimiste quant à son issue, pointant les « positions figées » et antagonistes des deux camps.
Le dialogue, c’est pourtant la seule porte de sortie valable, estime Sud Quotidien, qui appelle à « arrêter le massacre » au plus vite

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.