La BCE inonde les banques de 530 milliards de liquidités

France info – 29 février 2012
La Banque Centrale Européenne a annoncé ce matin une deuxième opération exceptionnelle de prêts à trois ans. Quelque 530 milliards d’euros, plus que prévu, (529,53 milliards, précisément) vont être alloués à 800 banques de la zone euro. Objectif annoncé : stabiliser le système financier européen et relancer le crédit.
En décembre dernier, lors de la première « Grosse Bertha », du nom donné ironiquement à l’opération par le président de la BCE Mario Draghi, 523 banques avaient déja emprunté 489 milliards d’euros.
Les conditions étaient les mêmes ce mercredi : toutes les demandes sont honorées pour ces prêts à trois ans au taux fixe historiquement bas de 1%.

REMBOURSEMENT DE LA DETTE (Médiapart)
L’annonce de la BCE a fait brièvement grimper les Bourses européennes et l’euro face au dollar. Mais la monnaie unique a rapidement effacé ses gains et se traitait vers midi autour de 1,3440 dollar. Le marché se demande désormais quel usage les établissements feront de cet argent à l’heure où la croissance montre des signes de faiblesse en Europe.
Le président de la BCE, Mario Draghi, qui avait déclaré après le premier prêt qu’un « credit crunch majeur » avait été évité, a exhorté dimanche les banques à soutenir la croissance économique en prêtant aux ménages et aux entreprises les liquidités qu’elles auront empruntées. Lors de l’opération de décembre, les banques avaient utilisé la majeure partie des fonds empruntés pour rembourser de la dette arrivant à maturité, et non pour accroître leur offre de crédit.
Ce programme d’injection de liquidités, considéré par certains comme une opération détournée de création de masse monétaire, alimente les craintes de certains dirigeants, notamment allemands, qui redoutent que les prête de la BCE n’aient des conséquences néfastes à l’avenir. Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a ainsi déclaré ce mois-ci qu’une offre de liquidité « trop généreuse » pourrait déboucher à terme sur des risques inflationnistes.

——————–

Cerise sur le gateau financier, Mario Draghi, président de la BCE et agent infiltré de Goldman Sachs, a annoncé, lors d’une interview accordée au Wall Street Journal paru le 24 février, la mort du modèle social européen. Il y a, selon lui, « aucun échappatoire » 
Alors, faites flamber la dette : 800 banques renflouées avec l’argent des citoyens européens ! En effet, avec le modèle de dette du FMI, le social ne peut vivre.
On n’a pas le choix… Sinon on va dans le mur… Il faut sauver le système… bla bla bla…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Europe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.