Gaz de schiste – 120 communes de l’Aude et de l’Hérault concernées. Jusqu’à présent, la mobilisation n’avait concerné que l’Hérault. Elle se réveille dans l’Aude.

 La dépêche 06/03/2012 08:34 | Dominique Laffitte

Narbonne. Gaz de schiste , la lutte commence

Le «permis Plaines du Languedoc» , accordé à la société suédoise Lundin pour l’exploitation du gaz de schiste concerne un périmètre qui s’étend du sud de Gruissan jusqu’à Faugères , de Agde jusqu’à Lézignan-Corbières
Il concerne 120 communes de l’Aude et de l’Hérault soit 300 000 habitants. Les secteurs les plus riches en hydrocarbures dans l’Aude se situent dans la région de Narbonne et de Lézignan-Corbières. Plus de 200 personnes ont assisté à la réunion du collectif plaines du Languedoc à la maison du peuple de Puisserguier et écouté les explications très techniques d’Alexandre Nou, hydrogéologue à Géosciences de Montpellier puis celles, juridiques de Vincent Espagne du groupe juridique de la coordination nationale des collectifs locaux anti gaz de schiste.
Alexandre Nou a présenté le principe de la fracturation hydraulique utilisé pour l’extraction du gaz de schiste. « Devant l’opposition de l’opinion publique et des collectifs, le gouvernement qui avait autorisé le permis a reculé en 2011. Le problème, déclare le géophysicien « c’est qu’il n’existe aucune autre manière d’extraire d’éventuelles ressources en énergie fossile du sous-sol ». Les miniers creusent un forage vertical sur près de 3 kilomètres de profondeur puis forent à l’horizontale sur près de 1 kilomètre. Chaque forage vertical permet de percer 8 galeries horizontales. À ce moment-là, en utilisant des quantités très importantes d’eau mélangée à des adjuvants chimiques très nocifs, les foreurs stimulent la roche par microséismes pour la fracturer.
Constatant les accidents de plus en plus nombreux, aux États Unis et au Canada ainsi que le gaspillage et la pollution importante en surface ou des nappes phréatiques, due aux produits chimiques et au gaz de schiste lui-même, le collectif rappelle que si le principe de la fracturation hydraulique est interdit, le permis, lui est toujours valable.

Ce soir, quelques élus de l’Aude sont là. Une élue de Ferrals et des habitants de la région lézignanaise, mais aussi Stéphane Linou, conseiller général du canton de Castelnaudary nord et Francine Schivardi conseillère générale du canton de Ginestas sensibles au problème. Dès la fin de la réunion, la salle s’enflamme. Déjà des feuilles circulent pour la création de collectifs réunissant deux ou trois villages chacun. Jusqu’à présent, la mobilisation n’avait concerné que l’Hérault. Ce soir, elle se réveille dans l’Aude. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Résistance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.