La taupe des Anonymous – Pendant huit mois, ( "LulzSec") : Sabu joue l’indic.

Nouvel Obs  le 07-03-2012

 Comment la taupe des Anonymous a envoyé ses collègues au trou

 Quand le leader d’un groupe de hackers retourne sa veste, ses amis pirates n’en mènent pas large.
Anonymous pleure. Le groupe de cyber-militants voit se multiplier les arrestations de ses membres. Lundi 5 mars, cinq personnes présumées appartenir à la mouvance des anonymes ont été arrêtées par la police fédérale américaine (FBI).
Des arrestations rendues possibles grâce à une taupe, et pas n’importe laquelle : "Sabu". Le leader du groupe de hackers Lulz Security (ou "LulzSec") a retourné sa veste il y a huit mois pour devenir le félon des internautes masqués, livrant ses anciens compagnons d’armes.
Ca n’a pas été facile", explique à Fox News un officier du FBI qui a participé le retournement de Sabu. "On a réussi grâce à ses enfants. Il ne voulait pas partir en prison et les laisser. C’est comme ça qu’on l’a eu."
Sabu, Hector Xavier Monsegur de son vrai nom, est un père de deux enfants, sans diplôme et au chômage depuis 2010. Celui qui deviendra le hacker plus recherché de la planète est un autodidacte qui a fait ses armes en travaillant trois ans pour le logiciel de téléchargements en peer-to-peer Limewire.
"Vous avez le mauvais type"
Selon l’acte d’accusation, ce New-yorkais de 28 ans a d’abord été actif au sein des Anonymous pendant les révoltes arabes, en attaquant des sites gouvernementaux tunisiens et algériens, puis yéménites et zimbabwéens. Par la suite, avec le groupe de hackers Internet Feds, il pirate la firme de sécurité HBGary, le journal "The Tribune" et la chaîne américaine Fox.
Sabu devient ensuite un éminent membre du groupe LulzSec et multiplie les piratages du Sénat américain, de la radio publique PBS, de la société Infragard qui travaille avec le FBI, du CIA, et des entreprises de jeux vidéo Sony, Nintendo et Bethesda.
Le FBI suit de près le larron qui camoufle toujours son adresse IP (identifiant de sa connexion internet) derrière un paravent – "proxy". Une nuit, il se connecte sans protection. Erreur fatale. Le FBI le localise.
Le 7 juin 2011, Hector Xavier Monsegur assure aux agents du FBI qu’ils "ont le mauvais type". Rien à faire. Les agents brandissent la menace de la prison et de lui retirer la garde de ses enfants. C’est là que Sabu retourne sa veste et s’engage à livrer la tête de plusieurs hackers clefs de LulzSec, également influents dans un autre groupe de hackers célèbres, les Anonymous. Une collaboration contre une peine allégée.
Il plaide coupable de douze chefs d’inculpations – dont "piratage informatique", "usurpation d’identité" et "fraude bancaire"- pour lesquels il encourt plus de 120 ans de prison.
"Une réduction de peine"
Pendant huit mois, Sabu joue l’indic. Il tweete comme si de rien n’était, accorde des interviews, s’implique dans l’organisation de piratages… Le tout depuis un ordinateur fourni par le FBI pour suivre tous ses faits et gestes. Dans l’un de ses derniers messages sur Twitter, il lance même : Le gouvernement fédéral est géré par une bande de lâches. Ne cédez pas à ces gens. Restez forts."
Les autorités américaines le décrivent comme quelqu’un d’"extrêmement intelligent", de "brillant mais paresseux".
"Un des membres de LulzSec a été arrêté par les autorités et a accepté de coopérer avec le gouvernement dans l’espoir d’obtenir une réduction de peine", confirme l’agent du FBI Milan Patel dans la plainte contre Jeremy Hammond, arrêté lundi, et artisan du récent piratage de l’entreprise privée de renseignements Stratfor dont les e-mails sont publiés par WikiLeaks.
A la demande du FBI, Sabu a livré tous les détails et conversations entre lui et les hackers à la manœuvre du piratage de Stratfor. Au total, cinq personnes sont arrêtées aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Irlande.
Depuis les révélations de Fox News sur cette affaire, Sabu a perdu de sa superbe. Le hacker recherché est devenu le traître maudit. Son adresse, sa date de naissance, son numéro de téléphone… toutes ses informations personnelles ont été dévoilées sur différents réseaux.
Sur les canaux plus "officiels", Anonymous minimise l’impact : "LulzSec était un groupe, Anonymous est un mouvement. Les groupes vont et viennent, les idées restent", lance un compte Twitter. Même son de cloche sur l’un des blogs affiliés au mouvement : "Anonymous continuera de lutter pour la liberté dans le monde. Anonymous est une idée, pas un groupe. Il survivra pendant et après cette période".
De son côté, Sabu n’a pas daigné se justifier sur son compte Twitter.

 
About these ads

À propos de kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cette entrée, publiée dans Internet, Médias, est taguée , , . Bookmarquez ce permalien.