J’arrête tout…

Blog de Philippe Torreton – 9 mars 2012 –
Il a annoncé ce matin que s’il n’était pas réélu, il arrêterait la politique… Mesdames, messieurs, ça sent la fin de série on brade!
Il avait commencé dans le pas très léger, et on va finir dans l’extrêmement lourd. Au début, il fallait voter pour lui parce qu’il était le « capitaine courage » dans la tempête. Quelques semaines de calamiteuse campagne plus tard, il faut voter pour lui sinon il arrête la politique. Rarement l’argumentaire d’un président de la République en campagne aura été aussi puéril. Cet homme, jusqu’au bout de l’archi-bout, nous prendra pour des imbéciles, c’est le résultat ultime du commercial en politique : on pense que tout n’est que pulsion d’achats envies, jalousie, goûts basiques, du salé, du sucré, l’acidité en guise de relief et cela donne ce fastfood politique qu’est Nicolas Sarkozy! On nous carlabrunise pourrait dire Souchon.
On essaye de rassembler à la télé, tout en twittant la stigmatisation d’une main rageuse en sortant de la télé.
J’aimerais entendre une fois un journaliste dire au Président qu’il ment, qu’il se contredit, que sa façon de parler aux français est insultante, qu’on lui reparle de l’affaire Karachi. J’aimerais tant que les journalistes Français puissent arrêter de proportionner leur franc-parler aux intentions de votes des candidats. Pour l’instant ils sont sarcastiques avec les petits, et mous du genou avec les gros candidats.
Notre Président en campagne fait de la politique avec des courbes, des graphiques, des sondages commandés à grands frais élyséens à son ami Buisson. Jamais le Palais de l’Élysée n’aura dépensé autant d’argent en enquêtes d’opinions que sous son règne.
Sa victoire en 2007 fut un superbe travail de communication. Visiblement les français ne sont plus dupes de leur « hyper président », ils veulent remettre un « P » majuscule à cette si noble fonction…
Son bilan est catastrophique dans à peu près tous les domaines y compris dans son secteur favori : la sécurité. Jamais le fossé n’aura été si grand entre la population et les forces de l’ordre, il faudra des années et beaucoup de courage pour réparer les dégâts de sa politique du chiffre et du résultat aveugle ; des années avant que l’herbe ne repousse après son Karcher…
Cet homme s’est révélé faible et sans envergure, lui, le roi du changement, le pragmatique, la France aura été un jouet trop grand pour lui, ça l’a amusé cinq minutes mais il n’a pas voulu lire la notice, il a tout cassé et il aura disparu…
 
Il faut s’attendre pour les prochains jours à des argumentaires et des propositions, des mea culpa de plus en plus étonnants, voire des moments de sincérité dans le découragement.
Il faut s’attendre à des promotions de folie : si vous votez pour moi je me sépare de Claude Guéant et je nomme Richard Attias Premier Ministre, je détruis la table où j’ai dîné le soir de ma victoire au Fouquet’s à coups de hache et je fais couler le yacht de Bolloré au large de Spérone.
Si vous votez pour moi, je dis “ta gueule” à Nadine Morano en direct au grand journal dans la boite à questions, et j’en profiterai pour donner la liste de tous les journalistes qui m’ont dragué pendant ces cinq dernières années. Je dirai à Patrick  Sabatier et aux frères Bogdanov de se démerder touts seuls dorénavant…
J’enlève mes talonnettes et j’arrête de marcher comme un branleur.
Si vous votez pour moi, je n’inviterai plus de dictateurs au nom de la France avec tapis rouge et Garde Républicaine (ah ! ces images de Bachar El Assad dinant en se marrant avec Carla et Nicolas…) pour ensuite jouer les libérateurs en lançant à la rambarde d’un balcon un “jeunes arabes” qui se veut gaullien et qui n’est et ne restera que comme une approximation ethnologique. Je ne chercherai plus à savoir si tel ou tel peuple est bien rentré ou moyennement rentré ou pas du tout rentré dans l’histoire…
Je ne profiterai plus d’une conférence de presse pour dire que je sors avec une meuf et que c’est du sérieux.
Si vous votez pour moi je dirai à Denis Podalydès que « La Conquête » est un film de fayot, à Enrico qu’il me les gonfle sévère avec son discours “je suis toujours de gauche mais je soutiens Sarkozy”, je dirai à  Charles Berling que je me passerais bien de son soutient en bâillant, et d’une façon générale, à tous les ex de ma femme qu’ils n’auront rien à attendre ni à espérer de moi, que la distribution est terminée.
Nicolas Sarkozy est prêt à tout car il sait qu’il ne profitera jamais de l’aura du Président battu mais respectable. Il sait très bien comment il a gagné il sait donc très bien comment il sera considéré comme perdant, les français  ne lui accorderont pas une seconde de grandeur… Et la justice non plus!
Le plus rude dans cette campagne est encore à venir je le crains…..

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.