S’aimer un droit des riches – Les couples franco-étrangers nouvelle cible ? Lettre à Nicolas Sarkozy

Rue 89 10 mars 2012
Nina et Alex, ces amoureux que Sarko ne voudrait pas voir mariés
Pendant notre entretien, Nina a dit en riant à moitié : « On a plus droit de vivre d’amour et d’eau fraîche, c’est fini. Il faut avoir un beau compte en banque. »
C’est aussi l’une des craintes de l’association des Amoureux au ban public. Jointe au téléphone, Fanette Bonnaric, chargée de l’animation explique : « Un logement de plus de 22m2, avec le coût du logement, ce n’est pas donné à tout le monde. On pense notamment aux étudiants, aux intermittents, aux précaires… Ces nouvelles conditions que veut introduire Nicolas Sarkozy vont créer des citoyens de seconde zone.
Il y aura ceux qui pourront se permettre de vivre avec la personne de leur choix, et les autres. »
Si les propositions de Sarkozy sur les couples mixtes avaient existé, eux n’auraient pas pu vivre ensemble en France. Premier épisode, de love stories compliquées.
Ils sont amoureux. C’est un mal qui arrive à beaucoup de gens, mais plus difficile à vivre pour certains. Depuis quelques semaines, le président-candidat Nicolas Sarkozy a fait des couples franco-étrangers sa nouvelle cible, dans la bataille qu’il entend mener contre l’immigration.
Entre autres sorties, il y a eu l’interview au Figaro publiée le 10 février dernier. Nicolas Sarkozy expliquait vouloir soumettre les couples binationaux aux mêmes conditions de ressources et de logement requises pour un regroupement familial. Désormais, un couple désirant vivre ensemble en France devrait donc : justifier un salaire au minimum du smic sur les douze derniers mois ; un logement selon les zones d’un minimum de 22m2
L’appartement de Nina et Alex mesure 23m2. Un mètre de plus que le minimum requis donc.
A 25 ans, Nina n’a également pas un rond. Elle est étudiante aux Langues O et travaille sur le commerce d’armes entre la Chine et l’Afrique. « Ce sont mes parents qui financent mes études. En dehors des vacances, je ne peux pas travailler, j’ai vraiment pas le temps. »
Alex, du haut de ses 26 ans, commence, lui, sa vie professionnelle de danseur contemporain. Nina souligne l’ironie de cette situation.
« Bizarrement, maintenant c’est Alex qui est en France qui va subvenir à nos besoins. »
Dans leur appartement, où un lit mezzanine occupe le plafond, il y a des photos d’eux. Beaucoup. Ils regardent au loin ou posent devant l’appareil. Sur le tableau noir près de la cuisine, ils ont écrit « NINALEX » et dessiné un cœur.
Il y aussi ce paysage naïf que le jeune homme d’origine camerounaise a posé à l’encre bleu. Nina le raconte : « C’est notre maison rêvée en haut d’une montagne. » « On s’arrêtait à tous les carrefours pour danser »
Enfin, ce qui tape dans l’œil, c’est ce joli faire-part de mariage. Nina en robe de mariage, Alex en costume, bondissent sur une plage, main dans la main . Joyeux. Voir Vidéo
Ils se sont mariés deux fois. Il y a d’abord eu une cérémonie au Cameroun, à Yaoundé. Leurs proches se sont réunis, tous habillés du même tissu, selon la coutume. Nina raconte, sourire dans la voix, qu’elle a été à la fois spectatrice et actrice de son mariage. « Je découvrais les choses au fur et à mesure, toutes les traditions qu’on devait faire. C’était super. Tout le monde chante, tout le monde fait des “youyous”.
Après la cérémonie, on est partis en pick-up à la maison familiale, il y avait 25 personnes dans l’arrière de la voiture qui gueulaient, qui tapaient. Et on s’arrêtait à tous les carrefours pour danser. »
Fin octobre, le jeune couple remet le couvert. Cette fois-ci en France. Et pour de vrai.
« Au Cameroun, il y avait le maire, c’était un mariage civil, mais le mariage n’a pas été déclaré. On ne voulait pas qu’il le soit parce qu’on avait décidé de se marier en France absolument pour que ça marche mieux et plus vite. »
Nina concède que si Alex avait été français, elle l’aurait sûrement épousé, mais pas si tôt. Se marier, c’était le moyen d’obtenir un visa long séjour pour Alex. Et mieux valait une robe blanche que des allers-retours permanents entre leurs deux pays.
Video dailymotion  
En France, les fiancés n’ont eu aucune difficulté à se marier. Alex est danseur au ballet national du Cameroun. Dans le cadre de son activité, il a eu des visas touristiques, japonais, chinois, français très facilement et à plusieurs reprises. Or c’est un critère positif pour en obtenir de nouveaux.
Alex est donc venu avec un visa touristique en Bretagne, et c’est avec ce précieux sésame qu’il a pu passer la bague au doigt de Nina.
Lire la suite

  Nous, couples mixtes, « ennemis de l’intérieur » pour Sarkozy

Février 2012 Rue 89 
Lettre au Président de la République
 « Cher Nicolas Sarkozy,
Dans une interview publiée par Le Figaro magazine sous le titre “ Mes valeurs pour la France ”, vous avez récemment placé le thème de l’immigration au cœur de votre campagne électorale et désigné la prochaine cible de votre politique de réduction de l’immigration légale : les étrangers mariés à des citoyens français.
Vous proposez en effet de soumettre l’entrée et le séjour en France des étrangers qui ont épousé un(e) ressortissant(e) français(e) à des conditions de logement et de ressources stables et suffisantes. Les citoyens français ayant des revenus faibles ou instables, ceux qui sont employés en contrat précaire, ceux qui touchent une petite retraite, ceux qui décident de vivre dans une certaine précarité pour poursuivre des études prolongées ou reprendre une formation professionnelle n’auraient donc plus le droit de mener leur vie familiale en France auprès de leur conjoint étranger !
Conditionner le respect des droits fondamentaux de vos concitoyens à leur niveau de revenu… vous avez manifestement, monsieur le Président, une étrange conception de l’égalité républicaine.
Les pauvres, plus fraudeurs que les riches ?
A cette proposition inacceptable, vous ajoutez l’indécence d’une justification fumeuse… Vous affirmez en effet qu’en imposant des conditions de logement et de ressources pour autoriser le séjour des couples franco-étrangers en France, “ nous combattrons plus efficacement la fraude ” au mariage… Mais en quoi la taille de l’appartement d’un conjoint ou sa richesse seraient-elles des indicateurs de fraudes ? Les pauvres seraient-ils plus fraudeurs que les riches ?
Nous ne sommes pas dupes monsieur le Président. Depuis des années, les conjoints de Français sont une cible de votre politique de lutte contre “ l’immigration subie ” car ils représentent une part relativement importante de l’immigration familiale que vous voulez réduire à tout prix.
Et la lutte contre les mariages de complaisance, phénomène au demeurant marginal, est un prétexte idéal pour légitimer le durcissement continu du cadre légal. Elle permet de donner à ce durcissement un objectif consensuel – rares sont ceux qui défendent l’idée que les mariages blancs ne devraient pas être combattus – qui permet de passer sous silence la politique de remise en cause plus profonde du droit de vivre en famille des couples franco-étrangers.
En application des lois que vous avez fait voter, la France expulse régulièrement des étrangers mariés à des Français, ou sur le point de le faire, alors qu’aucune fraude ne leur est reprochée ; d’autres, titulaires d’un titre de séjour d’un an sont maintenus dans une situation administrative précaire les empêchant de contracter un prêt, d’obtenir un CDI ou d’acheter un logement ; certains, mariés depuis plus de trois ans, ne sont pourtant toujours pas régularisés…
Certains devront renoncer à l’amour
Si votre proposition est adoptée, monsieur le Président, certains Français se verront obligés de quitter leur propre pays pour vivre avec la personne qu’ils ont choisie, certains autres devront renoncer à leur histoire d’amour, enfin les plus courageux et tenaces attendront de longues années avant de pouvoir satisfaire à vos exigences ou feront entrer leur conjoint étranger de façon irrégulière.
Comme le montre une nouvelle fois votre proposition, monsieur le Président, nos conjoints l’ont bien compris, ils font partie de cette immigration que vous qualifiez de “ subie ” pour bien signifier qu’il aurait été préférable qu’ils ne soient pas là.
Quant à nous, citoyens français qui nous sommes unis à des étrangers, nous comprenons bien que nous sommes pour vous des “ ennemis de l’intérieur ”, une faille dans votre politique de réduction de l’immigration, faille que vous cherchez à colmater aujourd’hui avec des conditions de logement et de ressources… et demain avec quoi ? »
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Débats Idées Points de vue, Logement, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.