Arras, abbaye Saint-Vaast, musée des Beaux-Arts – Exposition d’une collection de carrosses, véritables oeuvres d’art

 ARRAS (AFP) – 17.03.2012

"Roulez carrosses !", les trésors hippomobiles de Versailles exposés à Arras

 Le musée des Beaux-Arts d’Arras présente jusqu’au 10 novembre 2013 une collection de carrosses, véritables oeuvres d’art, qui sortent pour la première fois du château de Versailles, avec comme clou de l’exposition le véhicule du sacre de Charles X.
Ce "trône ambulant", selon les termes de la commissaire de l’exposition "Roulez carrosses !", Béatrix Saule, en grande partie métallique, affiche 4,5 tonnes sur la balance, tractées par huit chevaux. Le harnachement et la passementerie n’avait jamais été exposés depuis le XIXe siècle et leur état de conservation a nécessité un nettoyage, mais pas de restauration.
Le cocher de ce carrosse surchargé de dorures à l’extérieur et tapissé de velours pourpre à l’intérieur, culminait à plus de 2,50 mètre, à peine suffisant pour voir les oreilles des chevaux de tête.
Charles X, roi de France de 1824 à 1830, avait utilisé ce carrosse pour son sacre, le 5 mai 1825 à Reims, puis pour son entrée à Paris, le 6 juin de la même année. Il servira une troisième et dernière fois, en 1956, pour le baptême du prince impérial, fils de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie.

Le visiteur peut également admirer le corbillard royal de Louis XVIII, ainsi qu’un coupé de gala de la IIIe République, dont la sobriété tranche avec les autres voitures.

L’exposition présente également trois berlines de Napoléon Ier et les deux voitures d’enfants des dauphins de Louis XVI, qui étaient tirées par un valet ou une chèvre.
Outre les chaises à porteur, sur lesquelles les plus grands artistes ont travaillé, s’offrent au regard du public plusieurs traîneaux. Tirés par des chevaux ferrés à crampons, ils servaient, dès la fin du XVIIe siècle, à faire des courses dans les allées enneigées du parc de Versailles ou sur le grand canal gelé.
Un étonnant traîneau en forme de léopard a certainement été inspiré par l’animal qui figurait à la ménagerie de Versailles entre 1730 et 1741.

Les pièces du "trésor historique" de cette collection, constituée par Louis-Philippe, n’était "jamais sorties de Versailles", a précisé Béatrix Saule.
Depuis 2004, elles ne sont visibles que lors des journées du patrimoine.
Il s’agit de la première d’une série de cinq expositions décentralisées des collections du château de Versailles à l’abbaye Saint-Vaast, siège du musée des Beaux-Arts d’Arras.
TV5MONDE  17 mars 2012 © 2012 AFP
 
About these ads

À propos de kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cette entrée a été publiée dans Culture, Loisirs Tourisme. Bookmarquez ce permalien.