Tibault Baka, auteur du livre « Le Bon lieu » et acteur associatif : Question posée au  » président de la République » sur sa phrase non terminée lors du meeting de Meaux …?

 Nouvel Obs  23-03-2012  Par Tibault Baka
J’ai participé à « Parole de candidat » : monsieur Sarkozy, pour qui me prenez-vous ?
Face à Nicolas Sarkozy dans « Parole de candidat » le 12 mars dernier, Tibault Baka, auteur du livre « Le Bon lieu » et acteur associatif, souhaite aujourd’hui demander au candidat-président ce qu’il a voulu signifier lors d’un déplacement à Meaux lorsqu’il a dit « Il parlait très bien pour un … ».
Avec raison et devoir, notre président a rendu hommage aux victimes des tueries de Toulouse et de Montauban. Je m’associe à cet hommage.
 Malheureusement, Nicolas Sarkozy joue une nouvelle fois avec l’émotion. Aujourd’hui il s’indigne de cette folie meurtrière qui touche des citoyens français. Des Français, certes ! Mais ces Français ont vraisemblablement été attaqués pour d’autres raisons : leurs convictions religieuses ou leurs origines…
 Lors de mon passage à l’émission « Parole de candidat » sur TF1, le 12 mars dernier, j’avais demandé au président « s’il nous aimait », nous, les Français de cette 2e France : banlieusards, fils d’immigrés, ouvriers, citoyens au teint basané.
La Vidéo
A qui s’adressait cette phrase que vous avez prononcée : « S’il y en a que ça gêne d’être en France, qu’ils ne se gênent pas de quitter un pays qu’ils n’aiment pas » ? Malgré votre amnésie habituelle et le sous-entendu de Laurence Ferrari, ces mots sont les vôtres. Ils ont permis de libérer des propos encore plus nauséabonds, tenus par vos ministres et maintenant des Français libres de diffuser un racisme ordinaire. Merci à vous !
 J’en fais trop ? Eh bien expliquez-moi ce que vous vouliez dire me concernant vendredi dernier à Meaux. « Il (Tibault Baka) parlait très bien pour un… »
 Mais pour un quoi monsieur le président ? Pour un noir, un banlieusard, un fils d’immigré ? Pourquoi ne pas finir votre phrase ? Peur de « déraper » une nouvelle fois ? Plusieurs journalistes présents lors de ce déplacement ont relevé vos mots, une caméra était d’ailleurs présente… Mais rien n’a été diffusé (étonnant).
 Aujourd’hui, vous voulez construire une France forte, mais elle ne le sera jamais tant que le racisme ordinaire battra son plein. Nous sommes tous Français, libres en droits, égaux en devoir. Nous voulons continuer à vivre dans la fraternité pour faire avancer la France.
 Je vous prierai donc à l’avenir d’éviter ces éléments de langage qui divisent les Français. Les mots ont des conséquences qui peuvent être graves. Très graves. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.