Espagne – Economie : scénario à la grecque ?

Dure semaine pour Mariano Rajoy. Après l’échec du Parti populaire (PP, droite), dimanche en Andalousie, le chef du gouvernement espagnol a dû affronter hier une grève générale très suivie à l’appel des deux principaux syndicatsla première depuis son arrivée au pouvoir, à la mi-décembre 2011 (BBC).
En cause, son projet de réforme du marché du travail, laquelle prévoit entre autres d’assouplir les conditions de licenciement, mais aussi, et surtout, le budget « très, très austère » qu’il doit présenter ce vendredi. Parmi les mesures draconiennes envisagées : le gel du salaire des fonctionnaires, la baisse de 15 % des dépenses des ministères nationaux ou encore l’obligation, pour les 17 communautés autonomes (régions) du pays, de ramener leur déficit sous la barre de 2 % avant la fin de l’année sous peine de sanctions pénales.
 Pris entre deux feux – les marchés financiers d’un côté, des travailleurs accablés et impécunieux de l’autre,  Mariano Rajoy fait face à une farouche résistance. Notamment de la part des « indignés », qui ne semblent pas enclins à passer sous les fourches Caudines du gouvernement, note le Guardian.
Si la « grève express » de jeudi (La Vanguardia) a suscité des réactions contrastées, avec ses partisans et ses détracteurs, le sort de l’Espagne, lui, cristallise un même sentiment au niveau européen : l’inquiétude. Car, pour reprendre les termes du Temps, le pays se trouve « dans l’oeil du cyclone ».
 La dette publique grimpe, le taux de chômage explose. Ce qui n’incite guère à l’optimisme, The Independent tablant même sur un scénario de sauvetage, comme pour la Grèce, d’ici à la fin décembre…
Le Monde 30/03/2o12

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.