Toulouse – Pour Stéphane Baumont auteur de  » Le Goût de Toulouse  » : c’est une ville en première ligne dans l’horreur, alors que son histoire plaide pour la résistance à toute idéologie totalitaire.

LE MONDE | 29.03.2012

Toulouse, ville meurtrie – Retrouver la cité tolérante

Au moment où, dans le silence du recueillement, et de la mémoire du martyre des enfants juifs de l’école Ozar-Athora, nous nous sommes quittés après cette longue marche blanche qui s’étirait le long des rues d’un dimanche toulousain, pathétiquement ensoleillé, à nul autre pareil, nous nous sommes murmuré, dans le bouleversement de nos âmes : « Toulouse, hélas ! »
Oui, Toulouse, soudain surmédiatisée et mondialisée par le crime absolu d’un terroriste, d’un tueur filmant son propre massacre et assassinant des militaires, mais aussi des enfants pour la seule raison qu’ils étaient juifs. Toulouse, hélas ! En première ligne dans l’horreur, alors que toute son histoire plaide pour la tolérance et la résistance à toute idéologie totalitaire.
Toulouse, la cité de Jean Calas, défendu par Voltaire ; Toulouse, lieu d’affectation du jeune Vladimir Jankélévitch, condamné à ne plus enseigner par le droit antisémite de Vichy et poursuivant, malgré tout, sa démarche philosophique dans les cafés toulousains ; Toulouse et son cardinal Saliège, qui, pendant l’Occupation, face aux nazis et à Vichy, osa écrire une lettre pastorale avec ces mots justes et forts : « les juifs sont des hommes… les étrangères sont des femmes » ; Toulouse, ville où Pierre Dac commença ses émissions de radio, avant de partir pour Londres ; Toulouse, accueillant les réfugiés républicains espagnols ; Toulouse, organisant un meeting de soutien pour Robert Redeker, le 15 novembre 2006, car victime, après son article sur Mahomet, de plusieurs fatwas qui lui interdisaient de poursuivre tout enseignement.
Toulouse, de Kléber Haedens et de Raymond Abellio, de Simone Weil nous décrivant les temps des figures des troubadours, d’André Malraux s’évadant de la prison Saint-Michel alors que Toulouse se libère ; Toulouse,Jean Jaurès, alors conseiller municipal, sait décliner sans fautes un socialisme municipal naissant, et des travaux philosophiques qui permettront plus tard à la France de découvrir un grand orateur pour la paix et la République.
DÉCHIRÉE
Toulouse des pionniers des futurs long-courriers, avec Antoine de Saint-Exupéry, Henri Guillaumet, Jean Mermoz ; Toulouse chantée par Nougaro dont le quatrain d’une de ses plus fameuses chansons est aujourd’hui perçu autrement par la force du drame (« Un torrent de cailloux roule dans ton accent/Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes/On se traite de con à peine qu’on se traite/Il y a de l’orage dans l’air et pourtant »).
Oui, Toulouse, hélas ! Si forte dans son imagination de l’avenir. Toulouse qu’un terroriste a déchirée au coeur ardent de son vivre-ensemble aux valeurs si partagées de la République. Oui, Toulouse, dix ans après la catastrophe d’AZF, dans ces moments d’après si difficiles, récite comme une antienne ce mot de René Char, respiration pathétique des battements fous de notre coeur meurtri : « Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants. »
Stéphane Baumont est l’auteur de Le Goût de Toulouse (Mercure de France, 2006).
Stéphane Baumont, constitutionnaliste, avocat
 
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Débats Idées Points de vue, Résistance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.