Le meilleur acteur français … ! – Les nouveaux émois de la campagne Sarkozienne : l’amour, Londres en 1940, la bataille de Valmy et même Carla .. sluppp, youpi ….

Nouvel Obs  31-03-2012 quelques extraits
La campagne émotive de Sarkozy
Devant les jeunes UMP et au colloque de l’Institut pour la Justice, le candidat a joué la carte de l’émotion.
Nicolas Sarkozy, à Paris devant les jeunes UMP, le 31 mars 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
« Je ne suis pas une momie, je ne suis pas un robot, je suis un être humain ». C’est le cri du coeur lancé par Nicolas Sarkozy devant les jeunes UMP rassemblés porte de Versailles pour lui hurler, au sens propre, leur soutien.
Devant les jeunes UMP, mais aussi devant les participants du colloque de l’Institut pour la Justice un peu plus tôt dans la journée, à la maison de la Chimie, le candidat-président a joué la carte de l’émotion.
« Il y a un besoin d’amour »
Nicolas Sarkozy a appelé la jeunesse française à « inventer un nouveau monde ».
« Je pense qu’il y a un besoin d’amour, un besoin d’aimer et d’être aimé » déclare-t-il pendant que sur les écrans géants apparaît le visage de Carla Bruni. Les militants exultent.

Des jeunes que le candidat encourage à partir à l’étranger : …. Emportez ces valeurs dans votre coeur et faites les rayonner aux quatre coins du monde ». Et de convoquer la mémoire des jeunes résistants qui ont rejoint Londres en 1940.
« Je ne veux pas que vous ayez le sort de la jeunesse grecque »
De l’émotion il n’en a pas, par contre, pour ceux qui, en mai 68, proclamaient qu' »il est interdit d’interdire », « slogan absurde » d’après lui d’une « génération qui s’abandonne à la facilité ».
 « Je ne veux pas que vous ayez le sort de la jeunesse grecque, de la jeunesse espagnole », dit-il encore. Le candidat multiplie les envolées romantiques sur cette jeunesse héritière de celle « qui a fait naître la République sur le champ de bataille de Valmy ».
A nouveau, il confie avoir eu « les larmes aux yeux » à Benghazi « en pensant à ce qu’avaient pu éprouver ces condamnés à mort lorsqu’ils avaient aperçu les premiers avions français ».
Sitôt la fin de son discours, c’est à sa femme que vont ses premier mots : « Merci à toi, Carla, d’être avec nous ».
« Certain m’ont fait le reproche de montrer trop d’empathie »
Un candidat « humain » et non « anormal », comme le défini souvent François Hollande ? « Certain m’ont fait le reproche de montrer trop d’empathie j’ai été accablé, reproché par les beaux esprits ». Au colloque du très droitier Institut pour la Justice, c’est le droit des victimes qu’il est venu défendre avant de se rendre porte de Versailles.
De faits divers en faits divers, le candidat rappelle toute l’émotion qu’il a pu ressentir au cours de son quinquennat face aux pères, aux mères ou aux enfants des victimes. « La victime a été longtemps la grande oubliée de la justice pénale », affirme-t-il. Il promet de nouvelles mesures contre les crimes sexuels mais aussi l’indemnisation des victimes.
Une émotion qui lui a souvent été reprochée en tant que président. L’équation un fait divers égal une loi, étant devenu sa marque de fabrique.
 Par Estelle Gross Journaliste 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.