Didier Porte – 252 000 euros de condamnation pour son licenciement à Radio-France

 Le Monde avec AFP | 11.04.2012

Radio France condamnée à payer 252 000 euros pour le licenciement de Didier Porte

Le groupe Radio France a été condamné par le conseil des prud’hommes à verser 252 000 euros à l’humoriste Didier Porte pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse », a-t-on appris mercredi 11 avril auprès du cabinet de l’avocat du chroniqueur, remercié par France Inter en juin 2010.
Cette condamnation s’est accompagnée d’une requalification de ses contrats en CDI, a-t-on précisé au cabinet de Me Françoise Davideau. Didier Porte avait été licencié par France Inter en juin 2010, en même temps que son collègue Stéphane Guillon, également chroniqueur sur la radio publique à l’époque, et à qui la justice a déjà consenti 212 000 euros de dommages et intérêts.
En mai 2010, Didier Porte s’était trouvé au cœur d’une polémique, après qu’il eut fictivement conseillé à Dominique de Villepin de répéter avec lui la phrase « J’encule Sarkozy ». Son avenir sur France Inter avait été remis en question après sa convocation dans le bureau du directeur de la radio, Philippe Val, où il avait écopé d’un avertissement.
« C’EST VOUS QU’ALLEZ PAYER LES AMIS, DÉSOLÉ… »
L’humoriste avait surpris les auditeurs en annonçant en direct son licenciement le 23 juin, à la fin de la saison radiophonique, lors de l’émission « Le Fou du Roi », aujourd’hui disparue. Son éviction, avec celle de Stéphane Guillon, avait déclenché un malaise au sein de France Inter. Environ 2 000 personnes avaient manifesté le 1er juillet en soutien aux deux humoristes, à l’appel de l’intersyndicale de Radio France.
« France Inter condamnée à 250 000 boules pour licenciement abusif. C’est vous qu’allez payer les amis, désolé… », twittait mercredi Didier Porte. Radio France n’a pas souhaité commenter l’information, ni évoquer un éventuel appel, avant d’avoir étudié la décision. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Justice, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.