Unis contre Sarkozy

Fondation Copernic – 12 avril 2012 
Contre Sarkozy, ensemble !
Chacun votera, bien sûr, selon sa sensibilité. Mais, si l’on saisit, dégât après dégât, le bilan de ce quinquennat, nous aurons la même certitude, une résolution identique : « Sarkozy, jamais plus ! ».
Le bilan est trop lourd, en tous points. Et laisser le Président des riches servir plus longtemps ses amis, achèvera de ruiner les conquêtes sociales issues d’un siècle de luttes. Ce passé qui nous a donné des droits, ces femmes et ces hommes anonymes qui, hier, risquèrent pour nous leurs emplois, leurs salaires, leurs familles souvent, leurs vies parfois, nous obligent à être à la hauteur de ce qu’ils nous ont légué. Ce passé nous oblige à chasser Sarkozy.
Mais tout s’oublie si vite. Nous avons voulu, le plus collectivement possible, dresser l’inventaire de ce qu’a cassé ce quinquennat, c’est l’objet de la dernière Note de la Fondation Copernic, Sarkozy : bilan de la casse.
Il ne s’agit pas, ici, d’en nourrir la mémoire. Il s’agit à l’inverse, pour chaque destruction, l’ayant en tête, de travailler ensemble à l’effacer, en inventant des droits neufs. Sans attendre. Sans rêver. Sans imaginer qu’il suffira d’élire pour que tout soit modifié. Sans croire que nous pourrons, sans nous mobiliser ensemble, obtenir un autre partage des richesses, des logements, une protection sociale qui protège, l’égalité entre femmes et hommes, des services publics restaurés dans leurs missions et leurs moyens d’agir, une économie écologique enfin, une justice indépendante vraiment, la fin des discriminations envers les homosexuel-le-s, les sans-papiers, les immigrés, les jeunes… Et des emplois, des salarié-e-s qu’on ne jette plus comme des merdes en fonction d’un coup de Bourse anticipé, ou d’un profit supplémentaire exigé par les actionnaires…
Ensemble. C’est la condition des transformations; ensemble et unitaires plus que jamais.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.