Paris Bertrand Delanoë : « Depuis 10 ans, la droite accumule les dettes vis-à-vis des collectivités locale avec une préférence pour Paris

Delanoë ne veut pas présenter à Hollande la « facture » des dettes de l’Etat à Paris
Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë, qui a régulièrement attaqué François Fillon en raison de la dette de l’Etat vis-à-vis des Parisiens, a déclaré lundi qu’il ne comptait pas « présenter la facture de la droite à François Hollande ».
« J’ai vu les membres de l’exécutif et leur ai dit de commencer à me dire sur quel sujet nous pouvons améliorer nos relations avec l’Etat », a relaté le maire de Paris lors d’un déjeuner avec la presse, à l’occasion du Conseil de Paris. « C’est vrai que des dossiers ont été bloqués parce qu’on voulait ne pas nous faciliter la tâche », a-t-il poursuivi, en allusion notamment à la piétonisation des voies sur berge et du « Pentagone » à Balard.
Avant la nomination d’un nouveau gouvernement mercredi, M. Delanoë a demandé à son exécutif de lui « faire savoir comment on pourrait améliorer, trouver des synergies supplémentaires entre l’Etat et nous ».
« Je leur ai dit (à l’exécutif, ndlr): +attention, l’Etat n’est pas dans une situation budgétaire facile+, donc ne commencez pas à me faire des notes pour dire on va demander de l’argent, parce que ce ne serait pas raisonnable », a ajouté M. Delanoë.
« Depuis 10 ans, la droite accumule les dettes vis-à-vis des collectivités locale avec une préférence pour Paris, et vous croyez que je vais présenter la facture de la droite à François Hollande qui vient d’être élu et à qui on laisse un pays avec 600 milliards d’euros de dette ? » a ajouté M. Delanoë.
Dans certains courriers à M. Fillon ou à l’occasion du vote annuel du budget de la capitale, M. Delanoë s’est souvent plaint de « la dette de l’Etat vis-vis des Parisiens » qui « se monte à des centaines de millions d’euros ». Il a souvent dit que le Premier ministre, candidat aux législatives dans la capitale, était « le chef de gouvernement qui a fait le plus de mal » aux contribuables de la capitale.
« Je suis vraiment stupéfait par ce revirement soudain, la dette s’efface comme par enchantement lorsqu’on change de gouvernement ! Cela prouve que la demande de compensation de M. Delanoë n’était qu’une posture politicienne et ne reflétait pas l’intérêt des Parisiens », a réagi devant la presse Philippe Goujon, patron de la fédération UMP de Paris.
Les élus de gauche protestent aussi régulièrement contre la non-compensation financière par l’Etat de nombreuses charges transférées aux collectivités locales, dont certaines ont connu de fortes hausses. La Ville a souvent déploré le fait que le gouvernement ait transféré les responsabilités mais pas les financements, notamment dans le social.
 TV5 MONDE PARIS (AFP) – 14.05.2012 © 2012 AFP 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.