L’accès de la culture en prison : Quand l’univers carcéral rencontre celui de la BD

Gilles Rochier a rendu visite aux détenus du domaine pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), tous les mardis pendant cinq mois. Sa description est révélatrice : « Des gars qui me demandaient à chaque fois : tu amènes des livres ? » L’objet de ce rapprochement entre le bédéiste – lauréat du prix Révélation Angoulême 2012 pour son album Ta mère la pute, inspiré de ses jeunes années dans une cité – et ceux qui purgent leur peine, loin de toute vie culturelle, est justement de remédier à ce vide et de « parler de BD et [d’]en faire ».
L’association Bulles Zic et le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) sont à l’origine de ces ateliers, mais seuls 35 des 2 200 occupants de Fresnes ont eu la chance de participer au projet, dont Gilles Rochier tirera bientôt un album. Il se console toutefois d’avoir pu aider au moins ces 35 hommes à s’évader : « Je ne sais pas pourquoi je viens. Mais eux, je sais au moins qu’ils sortent de leurs neuf mètres carrés et de la télévision et que, quand ils dessinent, leur tête part ailleurs« .
 L’accès à la culture en prison peut apparaître secondaire au regard de l’insalubrité des cellules françaises. Elle permet pourtant aux prisonniers de lutter contre des souffrances supplémentaires et, dans certains cas, de les aider à dépasser les faits qui les ont conduits à l’incarcération
Le Monde du 2 mai 2012

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Justice, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.