TIBET – Torches humaines : immolation de jeunes moines

Deux jeunes moines tibétains se sont immolés par le feu à Lhassa, au temple du Jokhang, haut lieu de pèlerinage. Il s’agit des « premières auto-immolations dans la capitale de la région autonome du Tibet, pour protester contre la tutelle de la Chine » affirme l’ONG Radio Free Asia
27 mai 2012 Agence France-Presse Pékin

Deux jeunes moines tibétains s’immolent par le feu au Tibet

Deux jeunes moines tibétains se sont immolés par le feu dimanche à Lhassa, au Temple du Jokhang, un lieu de pèlerinage séculaire, a rapporté l’organisation Radio Free Asia (RFA) en citant des témoins.
Il s’agit des «premières auto-immolations dans la capitale de la région autonome du Tibet, Lhassa, pour protester contre la tutelle de la Chine», a affirmé l’ONG sur son site internet. Les autorités locales, contactées par l’AFP, se sont refusées à tout commentaire.
Les deux moines, juste après s’être transformés en torches humaines, ont été rapidement évacués par les forces de sécurité, selon RFA. Ils sont vraisemblablement décédés, selon des témoins locaux cités par l’ONG.
«Lhassa est désormais quadrillée par la police et les forces para-militaires et la situation est très tendue», a décrit à RFA un Tibétain en exil ayant des correspondants sur place
 Lhassa avait été le théâtre en 2008 de violences meurtrières anti-chinoises. Ces manifestations avaient débuté le 10 mars, jour anniversaire du soulèvement contre la tutelle de Pékin en mars 1959, avant de s’étendre à d’autres régions de Chine où vivent des minorités tibétaines.
Plusieurs dizaines de Tibétains, en majorité des moines bouddhistes, se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire depuis début mars 2011 dans les zones tibétaines chinoises.
La Chine affirme avoir «libéré pacifiquement» le Tibet et amélioré le sort de sa population en fournissant des fonds pour le développement économique de cette région pauvre et isolée.
Mais de nombreux Tibétains ne supportent plus ce qu’ils considèrent comme une domination grandissante des Hans, l’ethnie fortement majoritaire en Chine, et la répression de leur religion et de leur culture. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Police, Résistance, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.