Malware – Le virus Flame attise les braises de la cyberguerre

Le Monde du 31/05/2012

C’est une « nouvelle » arme de choix dans la « cyberguerre » larvée qui couve au Proche et au Moyen-Orient.

Tellement puissante, note le Globe and Mail, qu’elle serait passée inaperçue pendant plusieurs années. En début de semaine, l’éditeur de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé avoir mis au jour un malware (programme malveillant) qui aurait déjà infecté un grand nombre d’ordinateurs en Syrie, au Soudan, mais surtout en Iran.
 Baptisé « Flame », ce virus – dont la taille n’a d’égale que la complexité, selon le CS Monitor -, serait centré sur l’espionnage et le vol d’informations via l’enregistrement de conversations et d’images à distance, indique le Wall Street Journal, citant des experts en cybersécurité.
Cette découverte ravive le spectre de Stuxnet, un ver informatique qui, à l’été 2010, avait contaminé les infrastructures nucléaires iraniennes, souligne Le Temps. Tout en admettant la réalité de l’attaque (NY Times, Washington Post), Téhéran a assuré avoir mis au point un outil capable de la juguler, rapporte la BBC.
 Reste à savoir qui est l’instigateur de cette cyberoffensive (LA Times). Pour les spécialistes, dont le Guardian se fait l’écho, « Flame », eu égard à son haut degré de sophistication, n’a pu être conçu qu’avec le concours d’un Etat. Les soupçons pèsent en priorité sur Israël, ennemi juré du régime des mollahs (NY Times). D’ailleurs, l’Etat juif a suggéré à demi-mot qu’il pouvait être impliqué, souligne The Independent. L’Iran répliquera-t-il ? s’interroge le Time.
Les autorités, en tout cas, prennent la menace très au sérieux. Preuve en est, un milliard de dollars auraient été dépensés pour consolider la défense numérique du pays, tandis que les rangs de la « cyberarmée » nationale se seraient enrichis de plusieurs dizaines de milliers de recrues…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Internet, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.