« Missions Printemps » ? – Et la science participative et citoyenne fut

Qu’est-ce que « Missions Printemps » ? Outre le fait d’être un projet inédit, transmédias, participatif et offrant à chacun d’aider les scientifiques à observer la nature afin de suivre et de comprendre l’arrivée du printemps – et les éventuels effets du réchauffement climatique en France – cette coproduction d’Arte, du CNRS, de Camera lucida et d’Universcience.fr incarne le concept de « la science citoyenne ».
 Ou plus exactement de la « science participative ». Entendez un nouveau lien entre particuliers et scientifiques, qui représenterait « la solution pour les recherches nécessitant énormément de ressources« . Née dans les années 1980 aux États-Unis, avec plus de un million de volontaires, elle commence à s’imposer en France depuis quelques années et permet aux participants de devenir véritables acteurs de la recherche.
Le concept est parti d’une problématique : les budgets extrêmement limités des chercheurs, qui ont eu l’idée de lancer des appels à contribution pour les aider à récolter des quantités astronomiques d’informations. Exemple avec les treize « opportunités » de « Missions Printemps », où l’une d’elles permet de participer à l’enquête sur les hirondelles en déclin, organisée par la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Il s’agira d’observer des hirondelles qui volent en groupe (une colonie n’est donc pas loin), puis de chercher et de compter les nids occupés en se référant au protocole mis en place par la LPO, et enfin de prendre et d’envoyer une photo du nid !
 Mais il y en a pour tous les goûts, de la cartographie des vers de terre à la traque des lézards des murailles
Le Monde du 1er juin 2012

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Médias, Nature, Science, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.