Retraites : Hollande s’attaque à la réforme de 2010

Le Monde du 07/06/2012
Chose promise, chose due. A quatre jours du premier tour des élections législatives, le gouvernement vient de donner son premier coup de canif dans la réforme des retraites de 2010 : les carrières précoces et les congés maternité seront désormais mieux pris en compte dans les calculs.
 Fraîchement élu, le président François Hollande n’aura donc pas tardé à ouvrir ce chantier sensible, qui constituait l’un des axes majeurs de sa campagne. Les contours du décret on été esquissés hier en conseil des ministres. A l’issue de celui-ci, Marisol Touraine a détaillé un dispositif « qui concerne ceux qui ont été le plus durement pénalisés par la réforme de 2010 » et qui s’appliquera à environ 110 000 personnes en 2013.
Les salariés du privé, les fonctionnaires et les non-salariés ayant commencé à travailler à 18 ou 19 ans et ayant entre 41 et 41,5 ans de cotisations pourront donc cesser de travailler à 60 ans, sans attendre les 62 ans prévus par la réforme de Nicolas Sarkozy. Un bonus est en outre accordé aux mères et aux chômeurs. « C’est une mesure juste et un engagement de campagne » qui « ne remet pas en cause le pouvoir d’achat » des Français, a tenu à préciser Jean-Marc Ayrault sur TF1.
Une mesure qui a toutefois déçu la CFTC : « Pour les mères de plus de deux enfants, deux trimestres supplémentaires, ça ne suffit pas, il en aurait fallu au moins quatre« . Le patronat, quant à lui, tire la sonnette d’alarme par le biais du Medef, qui a fait part de son inquiétude sur les défis financiers qui attendent les régimes de retraite, tout en demandant que soit évalué l’impact de la mesure sur les régimes complémentaires Agirc-Arrco. « La réforme ne va pas dans le bon sens et pourrait être néfaste pour l’économie, à partir du moment où on la finance par la hausse des prélèvements« , a mis en garde sa présidente, Laurence Parisot.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Politique, Social, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.