La Belgique, une bombe à retardement sociale ?

 Le Monde du 07/06/2012
Sortie, il y a à peine six mois, de la crise institutionnelle la plus longue de son histoire – 540 jours sans gouvernement -, la Belgique voit refleurir l’épineux débat sur l’intégration.
Depuis la fin de la semaine dernière, et l’interpellation houleuse d’une jeune femme qui portait le niqab à Molenbeek, petite commune « décidément bien étrange » de la région de Bruxelles-Capitale, selon la RTBF, le royaume est agité.
 Tiraillé, comme le souligne La Liberté, entre « les pulsions extrémistes et les lois de la République ». Face à la montée des tensions dans cette localité, reflet de crispations toujours vives sur le port du voile intégral dans l’espace public, le niveau de vigilance a été relevé à « grave », troisième échelon d’une échelle qui en compte quatre, rapporte Le Soir. Cette mise en alerte n’est pas tant liée à l’arrestation de la jeune femme, une Belge de 24 ans convertie à l’islam (qui a décidé mardi de porter plainte contre les policiers de la zone Bruxelles-Ouest), qu’aux violences qui se sont ensuivies. Des débordements qui auraient été orchestrés par Sharia4Belgium, un groupuscule salafiste surveillé depuis des années par la sûreté de l’Etat, précise La Libre Belgique.
 Certains plaident pour son interdiction (La Dernière Heure), même si, Le Vif/L’Express en est convaincu, « le mouvement, à l’instar de Sharia4UK, renaîtra sous un autre nom ». Pour le journaliste Olivier Bailly, cité par Le Soir, considérer Molenbeek comme un « corps étranger à la Belgique » participe d’un raccourci « facile », mais captieux, qui occulte les deux véritables problèmes de fond : les enjeux socio-économiques et le « vivre ensemble ». Et le quotidien d’enfoncer le clou dans un éditorial : « le problème aujourd’hui n’est pas une femme en niqab (…) La véritable bombe est sociale et se trouve au coeur de Bruxelles. »

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Médias, Politique, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.